Suspension de la LFB : les basketteuses de Lattes-Montpellier qualifiées pour l'Euroligue, Tarbes reste sur le carreau

Face à l'annonce de la prolongation du confinement, la Fédération Française de Basket-Ball (FFBB) a pris la décision d'arrêter le Championnat de Ligue Féminine de Basket ce vendredi 10 avril, figeant d'office le classement. 

Le BLMA tire son épingle du jeu malgré l'annulation du Championnat de Ligue féminine de basket.
Le BLMA tire son épingle du jeu malgré l'annulation du Championnat de Ligue féminine de basket. © Maxime JEGAT / MAXPPP
Vendredi 10 avril, la FFBB a annoncé l'arrêt du Championnat de Ligue Féminine de Basket. Alors que les matches sont interrompus depuis le 13 mars dernier, cette décision restait, jusqu'à maintenant, suspendue à l'évolution de l'épidémie de coronavirus.

La prolongation du confinement, annoncée par le gouvernement le 8 avril dernier, a donc eu raison de la saison 2019/2020.

"Je trouve que c'est une bonne chose", commente Franck Manna, président du Basket Lattes Montpellier Association (BLMA). "Je pense même que cette décision aurait dû être prise bien avant, car nul n'est censé ignorer les effets du coronavirus."

Un avis que François Gomez, président du Tarbes Gespe Bigorre (TGB), partage. "C'est une question de bon sens. On était tous en attente et désormais, nous pouvons tourner la page de cette saison."L'annonce de l'annulation du Championnat a une autre conséquence : il fige d'office le classement au 8 mars dernier, date de la dernière rencontre de la compétition. Par ailleurs, il n'y aura ni titre de champion ni relégation sportive cette saison. 
 

Un calendrier perturbé pour le basket

La FFBB précise également que la suspension de la LFB va chambouler le calendrier des compétitions. La finale de la Coupe de France entre Bourges et Lyon se disputera à Paris en ouverture de la saison 2020/2021, à la place du match des champions.

L'Euroligue féminine 2019/2020 pourrait quant à elle se terminer en septembre ou en octobre : huit équipes sont actuellement qualifiées pour les quarts de finale, dont celle de Lattes-Montpellier. Si cette date est validée, la FFBB a indiqué qu'elle se porterait volontaire pour organiser la compétition. 

Complication : l'Euroligue 2020/2021 doit également débuter à l'automne.
 

Le BLMA qualifié pour l'Euroligue 2020/2021, le TGB laissé sur la touche

A partir des classements, la ligue internationale de basket-ball, la FIBA, a attribué trois places à la France pour l'Euroligue 2020/2021 : les Gazelles de Lattes-Montpellier, arrivées troisièmes cette saison, en font partie, tout comme Lyon (1ères) et Bourges (2èmes).

Pour nous, cette qualification n'est pas un coup de chance. Nous avons réalisé une saison exceptionnelle. Les joueuses ont dépassé toutes nos attentes, c'est mérité, se félicite Franck Manna.

Pour les joueuses du TGB en revanche, l'aventure européenne n'aura pas lieu. Avant-dernières au classement du Championnat, elles n'auront pas la chance de grapiller des points supplémentaires cette saison. 

Spotivement, nous n'étions pas au top, reconnaît François Gomez. Mais nous avions le moral et nous comptions bien finir la compétition sur une bonne note.

Les clubs en difficulté pour faire face à la crise du coronavirus

​​​​​Depuis le début de l'épidémie, les clubs sont confrontés à de nombreuses problématiques, notamment sportives et économiques.

C'est aussi le cas pour le TGB. "Nous devions recruter de nouvelles joueuses pour la fin de la saison, mais les contrats n'ont pas pu aboutir avec l'arrêt des matches", explique son président.

Sur le volet économique, le club tire en revanche plutôt bien son épingle du jeu.

C'est l'avantage d'être pauvre ! plaisante François Gomez. Ce qui coûte le plus cher, ce sont les salariés et chez nous, les salaires ne sont pas très élevés. Donc avec le report des charges sociales, nous avons à ce jour assez peu de pertes financières.

Les inquiétudes du club se concentrent davantage sur l'évolution de la crise épidémique. "Nos projections sont assez floues, car nous ne sommes pas sûrs d'avoir le soutien de nos partenaires privés. Tout dépendra de la durée du confinement."

Pour le BLMA, qui possède de plus gros moyens, la situation est encore différente. "Nous avons subi des annulations des paiements de nos partenaires privés", regrette Franck Mannat. "Nous avons également dû reporter les charges sociales et nous tourner vers nos partenaires bancaires pour des renforts de trésorerie."

Il souligne en revanche le soutien des collectivités publiques. "Nos subventions ne vont pas être réduites, je les en remercie." Pour autant, tout n'est pas gagné : s'il n'a pas pris de décision pour l'instant, le président du club se questionne sur la participation des Gazelles à l'Euroligue.

Je me demande si nous pourrons participer, d'un point de vue financier. Car la priorité aujourd'hui, c'est de sauver le club.

Malgré toutes ces contraintes, les structures sportives doivent continuer de fonctionner. Le BLMA vient de finir son recrutement pour la saison prochaine et devrait annoncer ses nouvelles recrues dans les jours à venir. 

"Une grosse année nous attend", prédit Franck Manna. "Mais nous essayons de faire en sorte que nos joueuses restent en forme : pendant le confinement, elles suivent un programme d'entraînement à distance avec un préparateur physique." La reprise au mois d'août s'annonce chargée !
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
basket-ball sport coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter