Fêtes clandestines : à Montauban aussi, des dizaines de fêtards ont bravé le couvre-feu samedi soir

Chaque jour révèle une affaire de soirée clandestine : samedi 10 avril à Montauban (Tarn-et-Garonne), des dizaines de fêtards ont bravé le couvre-feu samedi pour célébrer un anniversaire dans le hangar d'une entreprise. Cinq d'entre eux ont été interpellés. Le parquet a ouvert une enquête.

De l'alcool et de la musique ont animé cette soirée d'anniversaire clandestine (image d'illustration).
De l'alcool et de la musique ont animé cette soirée d'anniversaire clandestine (image d'illustration). © Patrick Lefevre / MaxPPP

Les affaires d'entorses au 3e confinement et au couvre-feu se multiplient. Dernière en date, une soirée d'anniversaire organisée samedi dernier 10 avril : elle a eu lieu dans un hangar de stockage situé sur les terrains de l'entreprise "Publimax", installée dans la zone économique Albasud à Montauban (Tarn-et-Garonne) et à l'insu de son gérant.

Alertés par un riverain, les policiers ont découvert sur place une soixantaine de personnes faisant la fête : musique, danse et bouteilles d'alcool en abondance étaient au programme.

Les fêtards en fuite

A l'arrivée des forces de l'ordre, ce fut la débandade : ces locaux sont situés en bordure de l'autoroute A 20 (qui fait office de rocade autour de Montauban) et le toit du hangar - selon nos confrères de "20 minutes" - était fragile.

Du coup les policiers ont préféré ne pas s'acharner à poursuivre les fêtards, pour éviter de faire courir des risques d'accidents aux fuyards. Ils ont pu en revanche interpeller au moins cinq participants, qui ont chacun écopé d'une amende de 135 €.
 

 

M. Laurent Czernik, procureur au tribunal judiciaire du chef-lieu du Tarn-et-Garonne, a confirmé qu'il avait décidé l'ouverture d'une enquête de flagrance : "des auditions sont en cours et nous avons besoin de suffisamment de témoignages pour mieux appréhender les circonstances de l'évènement avant d'entendre l'organisateur de cette soirée d'anniversaire illégale" nous a-t-il expliqué.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police sécurité justice société confinement santé covid-19