L'homme retrouvé mort jeudi à Montauban n'a pas a reçu une, mais deux balles dans la tête

Ce n'est pas une mais deux balles, que l'homme retrouvé mort jeudi 4 janvier à Montauban, a reçu dans la tête. Une dans la bouche, non létale. C'est la seconde balle, également dans la tête, qui a été mortelle. La piste du règlement de compte dans la communauté des gens du voyage serait privilégiée.

Le corps d'un homme avait été retrouvé à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, le soir du 4 janvier 2024 avec une balle, apparemment, dans la tête. Une enquête avait été ouverte.

C'est une automobiliste qui avait fait la macabre découverte. Alors qu'elle cherche sa route sur un chemin situé au sud de Montauban, près d'un camp de gens du voyage, elle devine dans la lumière de ses phares un homme étendu sur le sol, le visage couvert de sang. 

Les secours n'avaient pu le réanimer.  

Pas une, mais deux balles dans la tête

Joint par téléphone, le procureur de la République de Montauban, nous a précisé que la victime avait reçu deux balles dans la tête et non pas une, comme l'ont d'abord pensé les enquêteurs.

Il y a deux impacts. Il a reçu une balle dans la bouche, non létale. Et une autre, dans la tête. C'est celle là qui l'a tué.

Bruno Sauvage, procureur de la République de Montauban

Des analyses complémentaires sont actuellement en cours. Car si la cause du décès est connue, reste à déterminer les circonstances.

Un règlement de compte ?  

Une enquête a été ouverte pour comprendre les circonstances de la mort de cet homme. D'après nos confrères de La Dépêche du Midi, la substitut du procureur, Manon Noëlle, ne veut exclure aucune hypothèse. Mais l'absence d'arme près du corps et la présence de cordelettes laissent penser à un homicide. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité