• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le sénateur du Tarn-et-Garonne Yvon Collin est sorti libre après 36 heures de garde à vue

Yvon Collin, sénateur du Tarn-et-Garonne, au palais de justice de Lyon, le 21 septembre 2017. / © Jean-Philippe Ksiazek/AFP
Yvon Collin, sénateur du Tarn-et-Garonne, au palais de justice de Lyon, le 21 septembre 2017. / © Jean-Philippe Ksiazek/AFP

Yvon Collin, interrogé dans une affaire de corruption dont il nie catégoriquement les faits, a été libéré mercredi soir à 22 heures sans être directement déferé devant un juge d'instruction.

Par Fabrice Valery

La garde à vue d'Yvan Collin, le sénateur (ex-PRG) du Tarn-et-Garonne, a été levée mercredi soir à 22 heures apprend-on auprès de son avocat Maître Thierry Deville.

Le sénateur avait été placé en garde à vue mardi à 9 heures dans les locaux du SRPJ de Toulouse pour être interrogé dans une affaire de corruption instruite par le parquet de Lyon et dont il nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. 

"C'était la première fois que Monsieur Collin est entendu dans ce dossier, a indiqué à France 3 Midi-Pyrénées son avocat, et nous avons donc pu répondre à des questions. Je crois qu'Yvon Collin a suffisamment éclairé les enquêteurs pour ne pas être déferé immédiatement devant le juge d'instruction". 

Maître Thierry Deville n'exclut pas une convocation ultérieure devant le juge d'instruction mais indique "ne rien avoir reçu pour le moment".

Le sénateur, ex-PRG et ancien proche de Jean-Michel Baylet avec qui il est désormais brouillé, a été interrogé dans le cadre d'une enquête portant sur une affaire de corruption. Mi-avril, le bureau du Sénat avait levé son immunité parlementaire à la demande conjointe des juges et de l'intéressé.

Dans une lettre expédiée à plusieurs destinataires, une connaissance d'Yvon Collin indiquait lui avoir proposé de participer au financement d'une campagne électorale à hauteur de 40.000 euros contre un emploi au conseil départemental (ex-conseil général) pour son fils.

Yvon Collin a toujours contesté les faits qui lui sont reprochés. Il dénonce dans cette affaire un coup politico-médiatique orchestré par Jean-Michel Baylet et indiquait dans une interview à France 3 Midi-Pyrénées qu'il "ne se laisserait pas faire".

Yvon Collin est désormais proche de la nouvelle équipe du Conseil départemental, présidé par Christian Astruc, élu en mars dernier grâce aux voix de la droite départementale emmenée par la maire LR de Montauban Brigitte Barèges. Son avocat, Maître Thierry Deville, lui-même ancien PRG et proche de Jean-Michel Baylet, est maintenant adjoint au maire de Montauban. 


Sur le même sujet

Un rassemblement à Perpignan pour demander

Les + Lus