Tarn-et-Garonne : un espace dédié au dessinateur Firmin Bouisset pionnier de la publicité a ouvert à Castelsarrasin

La petite fille du chocolat Menier, le petit écolier de la biscuiterie LU, le pierrot du chocolat Poulain, autant de dessins qui ont marqué l'espace publicitaire et que l'on doit à l'illustrateur Firmin Bouisset. Un musée entièrement consacré au dessinateur vient d'ouvrir à Castelsarrasin.
Le nouvel espace dédié à Firmin Bouisset, dessinateur-illustrateur à Castelsarrasin dans le Tarn-et-Garonne.
Le nouvel espace dédié à Firmin Bouisset, dessinateur-illustrateur à Castelsarrasin dans le Tarn-et-Garonne. © Espace Firmin Bouisset

Né à Moissac, en Tarn-et-Garonne, en 1859, Firmin Bouisset est un pionnier de la publicité moderne, de la "réclame" comme on disait il y a quelques décennies. La ville de Castelsarrasin vient d'ouvrir un musée qui lui est consacré dans un très bel hôtel particulier de briques roses. 

Firmin Bouisset illustrateur de la Belle Epoque

Un enfant dessiné avec des traits simples pour incarner une marque, voilà la géniale intuition de Firmin Bouisset. C'est lui qui créa les premiers personnages de la publicité.

Après l’école primaire de Moissac, Firmin Bouisset fréquente les Beaux-arts de Toulouse. Petit à petit, son talent grandit. A 20 ans, il obtient une bourse pour l’Ecole nationale des Beaux-arts à Paris. Durant plus de 40 ans, il exposera ses œuvres dans la capitale, quasi jusqu'à sa mort en 1925. Ses enfants lui serviront de modèles pour les différentes publicités. 

L'espace Firmin Bouisset de Castelsarrasin
L'espace Firmin Bouisset de Castelsarrasin © Espace Firmin Bouisset de Castelsarrasin

Les personnages qu’il a créé vont traverser le temps et rentrer dans l'imagerie collective de l'enfance : la petite fille du  chocolat Menier, le petit écolier de LU, le pierrot du chocolat Poulain, le papier Job, les pancartes Maggi et beaucoup d'autres encore. Signe de son talent, beaucoup de marques pour lesquelles il a donné ses traits de crayon trouveront une mine dans ses illustrations qui servent encore de support publicitaire.

Très connu pour ses personnages mais non reconnu en tant qu'artiste, le nouveau musée qui vient d'ouvrir permet de mieux connaître cet affichiste de renom, peintre, lithographe et illustrateur de livres pour enfants.

L'espace Firmin Bouisset de Castelsarrasin

Castelsarrasin, c'est la ville de Pierre Perret. C'est désormais le lieu dédié à celui qui a dessiné le Pierrot du chocolat Poulain.

Annie Claude Elkaim est présidente de l'espace Firmin Bouisset. Elle a publié un livre en 2014 chez Privat "La pub, un jeu d'enfant consacré à l'artiste Tarn-et-Garonnais. "Je veux réinstaller Bouisset sur ses terres, dans un très beau lieu "La maison d'Espagne", entièrement restaurée. C'est celui qui a installé l'enfant dans la pub. Il a montré qu'un seul personnage fort et reconnaissable peut incarner une marque. La petite fille de Menier est le premier personnage de la publicité (1892). Il a épuré les messages publicitaires qui étaient très bavards jusque là. Ses personnages sont incontournables et toujours dans nos mémoires, quel que soit notre âge.".

Le nom a été oublié mais les personnages sont devenus familiers et fédérateurs. Ses créations sont devenues plus célèbres que lui. "Avec ce musée, le premier qui est créé dans ce département depuis 10 ans, nous voulons créer une dynamique autour de Bouisset."

L'extérieur de l'espace Firmin Bouisset à Castelsarrasin (82)
L'extérieur de l'espace Firmin Bouisset à Castelsarrasin (82) © 'Espace Firmin Bouisset

Tout est construit comme un récit scénographique autour de la "Belle époque" celle où tout était possible; où se sont développées toutes les bases, les constructions de notre société actuelle. "On y retrouve beaucoup d'affiches, des publicités, dessins, peintures, aquarelles originales, 4 films dont 1 sur Bouisset. Il y a aussi des jeux autour de Bouisset sur des tablettes, c'est un parcours que nous avons voulu pédagogique.".

Un travail de recherche de plus de 10 ans pour retrouver tous ces éléments. La famille, ses descendants, des particuliers ont fait des dons. Le musée a aussi acheté beaucoup de choses autour de l'artiste. Avec une pépite qui n'est pas exposée en permanence car très fragile : les originaux de 4 livres qu'il a illustré.  En tout une centaine d'oeuvres sur 2 étages.

De quoi se plonger dans cet âge d'or de l'illustration, la période faste et romanesque de la Belle Epoque vêcue sous les traits affutés de Bouisset. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture affichage publicitaire société musée histoire médias économie