• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn-et-Garonne : des riverains opposés à l'implantation d'un poulailler de 30 000 têtes

© FTV/S.Pointaire
© FTV/S.Pointaire

Un projet d'implantation de 30 000 poules inquiète les riverains à Réalville, dans le Tarn-et-Garonne. Le maire de la commune a déjà donné son feu vert mais les habitants de ce chemin aux villas cossues se mobilisent.

Par Karine Pellat

Le permis de construire a été délivré le 26 août dernier par la communauté de communes. Le maire de Réalville se justifie en expliquant qu'il n'avait aucun moyen pour s'y opposer. Les travaux devraient bientôt commencer.


29 900 poules exactement

Le projet de Réalville, dans le Tarn-et-Garonne, prévoit d'abriter 29 900 poules. En tout cas moins de 30 000. Pourquoi un chiffre aussi précis ? A partir de 30 000 volailles, une étude d'impact environnemental est indispensable pour obtenir un permis de construire. Ici, cela n'a donc pas été nécessaire.


Des poules de "plein air"

Le projet devrait être implanté chemin de Gamarre. Il prévoit un bâtiment de 2 500 m2 sur 12 hectares de terrain. Avec 12 poules à l'intérieur par m2 et un espace de 4m2 par poule à l'extérieur c'est le minimum pour obtenir l'appellation de "plein air".


Des riverains mobilisés

47 familles sont concernées par l'implantation de cet élevage de volailles. Pour lutter contre ce projet elles ont créé le "Collectif des riverains de Gamarre". Certaines habitations sont situées à moins de 100 mètres du futur poulailler.

Tous redoutent de nombreuses nuisances :
  • Le bruit 
  • L’odeur (poules et fientes) 
  • Une forte concentration de mouches 
  • Le passage de camions pour la ramasse 
  • Le passage de camions pour la livraison de l’aliment
  • Le passage de camions pour dégager les fientes

Sur cette carte, on peut voir le chemin de Gamarre où devrait être implanté le poulailler :
 
Les riverains ont jusqu'au 26 octobre pour déposer un recours gracieux, une première étape, mais ils envisagent déjà, si cela est nécessaire, de déposer un recours administratif.

A voir, le reportage de Sophie Pointaire et Clara Delannoy :
 
Tarn-et-Garonne : les riverains opposés à l'implantation d'un poulailler de 30 000 têtes


 

Sur le même sujet

Mobilisation à l'hôpital de Montpellier et Narbonne

Les + Lus