Coronavirus : pour préparer le déconfinement les maires se lancent dans une recherche éperdue de masques

Les maires se démènent pour protéger leur population. Aussi quand la rumeur d'un port du masque bientôt obligatoire s'est amplifiée, ils se sont mis à la recherche de masques pour leurs administrés. Une volonté devenue priorité depuis le dernier discours du Président de la République.

Un masque textile
Un masque textile © maxppp/Pierre HECKLER
"L’état, à partir du 11 mai, en lien avec les maires, devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public. Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourra devenir systématique".

Cette phrase, prononcée par le président de la République, lundi 13 avril peu après 20h, a fait réagir. Si déjà bon nombre de communes s’étaient attachées, depuis plusieurs jours, à trouver un moyen de fournir à leurs habitants des masques en prévision du déconfinement, tout s’est accéléré depuis cette déclaration.
 

Mobilisation générale dans le Tarn

 ça part dans tous les sens ! 

Le président de l’association des maires du Tarn, Sylvain Fernandez, croule sous les appels.
"Les maires ont fait leur propre interprétation, tous veulent des masques ! Mais de quels types ? À quel prix ? Personne ne sait. Tous cherchent l’information".

Pour faire face à cette demande pressante, l’association vient donc de commander 12 000 masques sans même savoir de quels types ils seront, ni à qui elle les distribuera précisément, elle prendra ce qui arrivera et les dispatchera dans les mairies.

Déjà, depuis plusieurs jours, sans attendre de réponse ou de confirmation sur un port obligatoire du masque, des initiatives émanant de mairies ou de communautés de communes sont donc nées pour se procurer des masques.

L'exemple de la communauté d’agglomération Gaillac-Graulhet qui elle-même voulait investir dans des masques pour ses collaborateurs est éloquent. Elle a voulu donner la possibilité aux communes qui le souhaitaient de participer à une démarche d'achats groupés et la réponse a confirmé la tendance : 55 communes sur 61 dans cette agglomération ont répondu favorablement. 61 000 masques ont été commandés en début de semaine, ils compléteront les solutions locales solidaires déjà mises en place et propres à chaque commune.
 
© Maxppp/Thierry THOREL


En provenance de fabricants tarnais, il s'agit dans ce cas, de masques « alternatifs ». Des masques individuels, en tissus, certifiés de catégorie 1, ils sont à usage non sanitaire. Ils filtrent 90% des particules de trois microns. Des masques « anti-projection » donc, lavables et réutilisables qui ont pour vocation de protéger l’extérieur, c’est-à-dire de prévenir la contamination de son entourage et de son environnement comme le font les masques de type chirurgical.
 

S’il semble que beaucoup d’autres communes tarnaises se sont lancées dans la même démarche, la communauté de communes Sor et Agout vient, elle, d’écrire à tous ses maires afin de connaître leurs besoins, car depuis le discours du président il est urgent de centraliser ces demandes qui affluent en ordre dispersé.


Et c’est là que le conseil départemental du Tarn compte jouer un rôle, témoin lui aussi de cette forte poussée. Il souhaite être facilitateur entre les entreprises qui fournissent des masques et les élus qui en cherchent. Il s’agit pour Christophe Ramond, son président, d’assurer un rôle de coordination des demandes de masques auprès des fabricants tarnais et de multiplier les actions pour répondre aux demandes très diverses des élus et autres acteurs économiques, sociaux ou sanitaires, en cette période de forte crise sanitaire.

 

Le port du masque sera-t-il généralisé ?



En attendant le 11 mai,  "Rien n’est encore défini. Aujourd’hui, les particuliers peuvent porter des masques mais ne doivent pas oublier de d’abord respecter les gestes barrière",  indique Catherine Ferrier, préfète du Tarn.

 il n’y a pas pour l’instant de politique de distribution généralisée de masques, tout ceci est à l’étude. l’important c’est pendant 1 mois encore de rester vigilant en respectant la distanciation. 

et la préfète précise qu’elle le rappellera aux maires.

La préfecture du Tarn confirme en revanche qu’il y a bien dans le département 6 entreprises référencées pour la production de masques alternatifs, textiles. L’une d’entre elles vient d’être homologuée pour la production de masques de catégorie 3, classe 1 et quatre ont fait part de leur volonté d’être homologuées. La préfecture appuie leur demande et les accompagne dans cette démarche auprès des instances nationales.


Dans ce contexte, plusieurs élus font remonter des demandes et interrogations issus du terrain. De plus en plus de citoyens font également part de leur volonté d’être dotés en masque en vue du déconfinement, conscients des risques de contagion qui perdureront. Une pression citoyenne que ces élus transmettent aux maires, et ainsi de suite, échelon par échelon, jusqu’aux plus hautes sphères de l’état.


 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : conseils pratiques
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter