ENQUETE. Le député, sa compagne et la Chine : comment 580 000 masques ont été offerts au Tarn durant l’épidémie de Covid

En mai 2020, un femme d’affaires chinoise offre gratuitement 580 000 masques au Tarn. L’enquête de France 3 Occitanie révèle le rôle d’un parlementaire tarnais, Philippe Folliot (LREM) et d’un cabinet d’affaire chinois dans l’arrivée de ces masques. 

Le 6 mai 2020, Madame Jing Liu (à gauche) offrait plus de 500 000 masques à la préfecture du Tarn en présence de la préfète, Catherine Ferrier (au centre) et du député Philippe Folliot (à droite).
Le 6 mai 2020, Madame Jing Liu (à gauche) offrait plus de 500 000 masques à la préfecture du Tarn en présence de la préfète, Catherine Ferrier (au centre) et du député Philippe Folliot (à droite). © Préfecture du Tarn

Cinq cent quatre-vingt mille masques offerts en pleine épidémie de Covid-19. L’occasion est inespérée pour la préfecture du Tarn. Lors de la première vague de coronavirus, la France connait une pénurie de fournitures sanitaires. Difficile de dire non face à cette opportunité d’obtenir des masques, des gants, des blouses. "Nous étions dans un contexte d’urgence et de nécessité" tient à rappeler Frédéric Roussel, directeur du cabinet de la préfète du Tarn.

Le 6 mai 2020, Les services de l’État décident d’en informer le plus largement possible l’opinion publique. Une photo est envoyée à l’ensemble des rédactions locales. La préfète, Catherine Ferrier, y apparait aux côtés d’une femme élégamment habillée, devant un camion rempli de cartons sur lesquels apparaissent les drapeaux français et chinois. Un communiqué de presse de la préfecture tarnaise – reproduit ici en intégralité – accompagne le cliché :

Ressortissante chinoise résidente en France et partageant sa vie entre Paris, Shanghai et Saint-Pierre de Trivisy, Mme LIU Jing a mobilisé son réseau amical et professionnel pour faire un geste pour son pays d’adoption, la France. Elle a souhaité que ce don soit affecté au Tarn, et c’est ainsi qu’en deux phases (150 000 aujourd’hui, 350 000 dans les prochains jours) ces masques seront donnés à l’association des maires du Tarn et à la Préfecture. Ils seront distribués aux communes du Tarn, notamment les plus petites, qui pourraient temporairement en manquer notamment pour faciliter la reprise des cours dans les écoles, ainsi qu’aux publics prioritaires définis par l’État. De par la volonté de la donatrice, une part sera réservée à des associations qui œuvrent dans le secteur social, et plus particulièrement à celles qui luttent contre les violences conjugales telles que la Maison des Femmes à Albi.

Communiqué de la préfecture du Tarn, 6 mai 2020

France 3 Occitanie est en mesure de vous révéler plusieurs informations au sujet de cette dotation :

- Le rôle du parlementaire Philippe Folliot

- La présence d’un cabinet d’affaires chinois

Des éléments qui donnent un autre éclairage à cette opération et posent la question suivante : est-ce que le département du Tarn a lui aussi bénéficié de la "diplomatie du masque" de la part de la Chine ?

Philippe Folliot, un élu discret mais présent

Qui est la généreuse donatrice Madame Jing Liu ?

La communication préfectorale ne le précise pas mais Madame Liu est connue dans le Tarn pour être à l’origine de la venue et de la création, il y a 4 ans, du festival des Lanternes à Gaillac.

Il faut aussi savoir lire entre les lignes pour comprendre que la généreuse donatrice est aussi la compagne de l’homme apparaissant sur la droite de l’image : l’ancien député et actuel sénateur tarnais Philippe Folliot (LREM), comme le révèlera quelques mois plus tard le Canard enchaîné (2 décembre 2020). "C’est Madame Liu qui a fait le don, ce n’est pas Monsieur Folliot. Donc il ne souhaitait pas être mis en avant plus que cela"  souligne le directeur de cabinet de la préfète du Tarn, Frédéric Roussel.

"Cette dotation de masque a été effectivement à la seule initiative et organisée par ma compagne, Mme LIU Jing, précise Philippe Folliot. Je ne suis en aucune manière à l’origine de cette opération et n’ai pas participé à sa conception. N'ayant justement pas eu un rôle actif dans ce dossier, il aurait été malvenu de ma part de m'attribuer quelques mérites que ce soit".

Discret mais présent, l’élu de la majorité présidentielle a pourtant bien joué un rôle dans les coulisses de cette donation. C’est d’ailleurs sa conjointe, Jing Liu elle-même, qui l’explique dans un article chinois consacré au couple et publié en juin 2020 : "Le premier lot de masques est arrivé en France à l’aéroport de Toulouse le 3 avril, mais du fait des modifications de critères sanitaires, les douanes n’ont pas autorisé l’entrée des produits. Philippe était en relation constante avec le ministère de la Santé, les douanes et le préfet pour finalement envoyer directement un médecin examiner les masques et enfin permettre aux masques d'entrer sur le territoire " déclare-t-elle sur le sujet.

Cet article de presse chinois, trouvé sur internet, explique comment Jing Liu et Philippe Folliot ont organisé l'envoi des masques dans le Tarn.
Cet article de presse chinois, trouvé sur internet, explique comment Jing Liu et Philippe Folliot ont organisé l'envoi des masques dans le Tarn. © Capture d'écran

L’association des maires une « simple boîte aux lettres »

Une intervention confirmée par les services préfectoraux. Mais ils ne sont pas les seuls : "c’est Philippe Folliot qui a pris contact avec nous et qui nous a dit : “J’ai ma compagne qui peut faire une donation de 500 000 masques”, ajoute Sylvain Fernandez, ancien président de l’association des maires du Tarn. Pour le premier envoi, il fallait faire vite et qu’un destinataire soit désigné. Cela ne pouvait pas être lui. Il (Philippe Folliot) nous a demandé si l’association des maires voulait bien être le « réceptacle » de ce premier envoi de masques".

Mais au contraire de ce qui a été annoncé, l’association des maires n’a reçu aucun masque.

Le rôle de l’association des maires est très simple. Nous avons servi de relais, de boîte aux lettres. L’association était destinataire des masques mais c’est la préfecture du Tarn qui les a gérés et distribués. Point.

Sylvain Fernandez, ancien président de l'association des maires du Tarn

"Il fallait que nous utilisions un canal de diffusion des masques. L’idée était de passer par l’association des maires car c’était le canal le plus simple, raconte Frédéric Roussel. S’appuyer sur elle en pleine période de crise, cela paraissait évident au départ. Nous avons finalement réalisé que la gestion logistique était plus facile à faire à notre niveau. C’était plus simple comme ça." 

Mais pourquoi le compagnon de Jing Liu dit ne pas être impliqué dans ce généreux don ? Près d’un an plus tard, le maire de Cambounet-sur-le-Sor, Sylvain Fernandez, s’avoue "surpris" de l’ensemble de cette affaire. Dans le Tarn, beaucoup d’élus s’étonnent de cette opération à quatre mois de l’élection sénatoriale. Élection à laquelle Philippe Folliot s’est porté candidat et a été élu par 8 petites voix d’avance.

Le nouveau sénateur tarnais balaye la moindre interrogation à ce sujet.

 Cette opération a eu lieu au mois d’avril, quatre mois avant que je ne décide de me présenter aux élections sénatoriales le 4 aout 2020. Je n’ai nullement participé à l’organisation et à la distribution de ces masques qui a été faite et coordonnée, très bien du reste, par la seule préfecture du Tarn. Cette opération n’avait donc absolument rien à voir avec les sénatoriales et a été un non-sujet pendant la campagne.

Philippe Folliot, sénateur du Tarn

Un « stock stratégique » de 580 000 masques

Quoi qu’il en soit, les services tarnais de l’État ont pu créer et gérer un « stock stratégique » de 580 000 masques. La moitié a été distribuée aux "communes et aux intercommunalités". Les associations, notamment celles gérant les personnes en difficultés, les secteurs de la restauration et du tourisme, jugés comme "prioritaires", en ont également récupéré une partie. Au total : 400 000 ont ainsi été répartis un peu partout dans le département. Certains d'entre-eux ont ainsi été directement distribués par des élus locaux, comme ici le député Jean Terlier (LREM).

Parallèlement, deux collectivités ont réceptionné directement cinquante mille masques chacune, de la donation de Jing Liu : la préfecture du Lot-et-Garonne, par l’entremise du député Olivier Damaisin, proche de Philippe Folliot et membre de l’Alliance Centriste et de LREM, et la ville de Gaillac, dont l’ancien maire Patrice Gausserand connait personnellement Madame Liu. Il s’avère que l’un et l’autre ont été associés au sein d’une société nommée Le Comptoir des Bastides, au moins jusqu'en 2019.

Une dotation organisée en Chine par un cabinet d’affaires

Un don organisé par un cabinet d’avocat chinois

En mai 2020, pour la préfecture du Tarn, Jing Liu est la seule personne à l’initiative de ce généreux don de plus de 500 000 masques. Mais selon les informations recueillies par France 3 Occitanie, derrière la femme d’affaires se cache le cabinet d’avocats DeHeng, proche du pouvoir central chinois.

La vocation de ce cabinet d’affaires : accompagner les entreprises chinoises qui s’installent à l’étranger, faciliter leur implantation locale, les aider à développer leurs activités. Pour exemple, l’un de ses avocats est le conseiller juridique de Zigong Lantern Group, société organisatrice du Festival des Lanternes de Gaillac (Tarn).

Bien moins effacé que sur le territoire français, le cabinet de conseil revendique publiquement sur son site, son rôle central dans l’organisation de ce "don caritatif". Soutenu plusieurs sociétés chinoises (Liangxin Electric, Shanghai Dawan Food Co., Ltd.) et plusieurs particuliers, c’est lui qui achète les 650 000 masques distribués dans le Tarn, comme il l’indique dans sa publication.

Sur son site, le cabinet juridique DeHeng explique avoir acheté 650 000 masques envoyé en France, dans le Tarn.
Sur son site, le cabinet juridique DeHeng explique avoir acheté 650 000 masques envoyé en France, dans le Tarn. © Capture d'écran

« Renforcer la coopération amicale entre la Chine et la France »

"La proposition de Mme Jing Liu de monter cette opération de don a obtenu l’appui plein et entier de ses amis en Chine. Tous ont pensé que c'était une idée intéressante pour renforcer la coopération amicale entre la Chine et la France, justifie, Junqi Wang, du cabinet DeHeng. Cette initiative est complètement privée et spontanée. Je connais très bien Mme Jing Liu. Elle est ma cliente depuis des années et c’est également grâce à elle que j’ai rencontré une fois Monsieur Folliot".

Le sénateur du Tarn insiste : "La personne à l’initiative de cette action est Mme LIU et elle seule. Je n’ai aucun lien particulier avec ce cabinet, si ce n’est d’avoir reçu une invitation administrative pour l’obtention d’un visa, et d’avoir ponctuellement rencontré dans le cadre de déplacements privés quelques-uns de ses cadres et dirigeants, toujours en présence de ma compagne pour ses projets de fondations en Chine et en France"

Mais après le masque, voici le temps de la plume. Plusieurs lettres sont envoyées à des membres du cabinet DeHeng pour les remercier de leur initiative. Dans un courrier adressé à l’avocat Li Guifang, l’ancien maire de Gaillac, Patrice Gausserand, loue un "soutien discret et désintéressé", "magnanime, spontané et amical". Philippe Folliot lui aussi salue chaleureusement, M. Junqi Wang, en espérant "que prochainement il aura l’occasion de venir dans le département du Tarn".

Lettres de remerciements envoyé par la mairie de Gaillac à l'un des avocats du cabinet DeHeng pour le don de 50 000 masques reçu par la commune tarnaise.
Lettres de remerciements envoyé par la mairie de Gaillac à l'un des avocats du cabinet DeHeng pour le don de 50 000 masques reçu par la commune tarnaise. © Capture d'écran

Monsieur Junqi Wang aura également le droit, dans un courrier, à l’expression de gratitude de la préfète du Tarn elle-même, Catherine Ferrier. Mais les services de la préfecture assurent n’avoir jamais été mis au courant du rôle joué par le cabinet DeHeng dans cette dotation. Pour eux, Madame Liu et une Fondation du nom de "Hainan Yijing pour la culture et le développement" auront été leurs seuls intermédiaires.

Lettre de remerciements du député Phillipe Folliot (à gauche) et celle de la Préfète du Tarn à l'attention d'un avocat du cabinet DeHeng.
Lettre de remerciements du député Phillipe Folliot (à gauche) et celle de la Préfète du Tarn à l'attention d'un avocat du cabinet DeHeng. © Capture d'écran

En résumé, Jing Liu a eu l’idée d’envoyer et d’offrir des masques en France. Une trentaine d’entreprises chinoises et de ses amis ont versé des fonds au cabinet d’avocats DeHeng. Ce dernier était chargé de les acheter et d’en organiser l’envoi dans le Tarn, via une fondation du nom de "Hainan Yijing pour la culture et le développement".  Une fondation dont la seule interlocutrice en France était Madame Liu.

Le Tarn également concerné par la « diplomatie du Masque » de la Chine ?

La « diplomatie du masque » de la Chine

Le Tarn n’est pas le seul territoire à avoir obtenu de tels dons de masques au cours de l’année 2020. Plusieurs villes comme Nancy, Dijon, Strasbourg ou Besançon en ont bénéficié via d’autres réseaux. Désignée comme la "diplomatie des masques", cette stratégie du gouvernement chinois vise à trouver selon les services de renseignement français à "des appuis pour relayer la politique chinoise sur sa politique sanitaire" et "de récompenser ses plus fidèles soutiens français" (Le Monde, article du 6 juillet 2020).

Dans la presse chinoise, l'appartenance de Philippe Folliot à la majorité présidentielle d'Emannuel Macron est mise régulièrement en avant.
Dans la presse chinoise, l'appartenance de Philippe Folliot à la majorité présidentielle d'Emannuel Macron est mise régulièrement en avant. © Capture d'écran

Philippe Folliot rejette toute idée de « diplomatie du masque » pour le don fait au Tarn : "Le cabinet DeHeng faisant partie du carnet d’adresses de Mme LIU, il a participé́ comme une trentaine d’entreprises et de personnes physiques de son réseau amical. Cette opération privée n’entre nullement dans une quelconque diplomatie des masques puisque pas un centime d’argent public chinois (comme français du reste) n’a financé cette action".

Un couple symbole de l’amitié Franco-chinoise

En Chine, le couple formé par Philippe Folliot et Jing Liu est présenté dans plusieurs articles de presse comme le symbole de cette "amitié franco-chinoise". Depuis sa rencontre avec la femme d’affaires, le parlementaire français multiplie les allers-retours entre Shangaï et Paris et n’hésite pas à exprimer régulièrement sa volonté de favoriser cette coopération entre les deux pays.

Dans les articles parues dans la presse chinoise, le couple Liu-Folliot est érigé en symbole de l'amitié franco-chinoise.
Dans les articles parues dans la presse chinoise, le couple Liu-Folliot est érigé en symbole de l'amitié franco-chinoise. © Capture d'écran

Même s’il prône cette entente et cette entraide, Philippe Folliot reste très discret sur son action dans ce domaine. Ainsi le parlementaire n’a pas communiqué auprès de la presse française sur l’une de ses initiatives en faveur de la Chine.

Le 5 février 2020, lors d’un point presse organisé à Paris concernant l’épidémie de Covid à Wuhan, l’ambassadeur Lu Shaye assure que la Chine a reçu l’aide de la population française : "par exemple, M. Philippe Folliot, député à l'Assemblée nationale, a fait un don de 10 000 masques de protection".

En réalité, ce n’est seulement dix mille unités que souhaitait offrir Philippe Folliot mais 100 000 que son fournisseur n’a pas été en mesure de lui livrer.  

Des masques offerts par Philippe Folliot à la Chine

Dans un reportage que lui a consacré la chaîne de télévision chinoise CGTN, le parlementaire de La République en Marche explique humblement : "J'ai tout à fait conscience que 10 000 masques, c'est tout à fait symbolique, 10 000 masques, au regard des besoins, ce n'est presque rien. Ce n’est rien et beaucoup à la fois, parce que mon intime conviction, c'est que lorsque vous savez des amis qui sont dans une situation difficile, c'est dans ces moment-là qu'il faut montrer des preuves d'amitié et de soutien. Mon geste va dans ce sens". 

"Ces 10 000 masques ont été financés sur des fonds personnels et privés, nous précise l'homme politique français. J’aurais aimé́ faire plus, et cela ne mérite pas plus de publicité que mon investissement dans des associations notamment culturelles ou que les financements que j’apporte depuis 30 ans à une ONG humanitaire en Afrique... "

Il est loin le temps où le parlementaire Folliot apparaissait bâillonné en plein hémicycle de l’Assemblée Nationale (janvier 2004), comme le raconte la vidéo ci-dessus, en signe de protestation sur la situation politique en Chine notamment vis-à-vis du Tibet. Dix-sept ans plus tard, Philippe Folliot se fait désormais un soutien solide du régime de Pékin.

Réponse de Madame Jing Liu à cet article

Sollicitée via son avocat français, Madame Jing Liu nous a adressé le message suivant : "Je vous informe que Mme JING LIU ne souhaite pas répondre à vos questions et s’étonne au demeurant de cet acharnement à son encontre et ce, plus particulièrement, au sujet d’une de ses actions philanthropiques qu’elle a initiée et organisée, pour laquelle bien entendu aucun argent public n’a été utilisé.

Si ce n’était des liens personnels forts avec notre département du Tarn et notre Pays, la

France, Mme JING LIU qui respecte la liberté de la presse ne s’en interroge pas moins sur la volonté de celui-ci d’accueillir et d’encourager des mécènes qui ne souhaitent qu’aider".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie enquêtes