Enfant de 3 ans éjecté du manège, scellés judiciaires brisés, feu vert de l'expertise : l'attraction foraine reprend son activité

Un enfant de 3 ans et demi a été victime d'un accident de manège le 10 février 2024 au carnaval d'Albi dans le Tarn. Une information judiciaire est ouverte. Des scellés, posés par la police, ont été brisés afin de rouvrir précipitamment l'attraction. Ce "coup de force" du gérant était inutile. Selon nos informations, le manège va pouvoir reprendre son activité en toute régularité et sécurité suite à une expertise ordonnée par la justice.

L'accident aurait pu être dramatique. Le samedi 10 février, en plein lancement du carnaval d'Albi, un enfant de 3 ans et demi a été éjecté d'un manège. La nacelle dans laquelle il se trouvait s'est détachée.

Sous le coup de la peur et de l'émotion, la mère de la jeune victime a perdu connaissance et a dû être prise en charge par les pompiers. 

Le jeune enfant, sous le choc, a été conduit au centre hospitalier. Selon un témoin de la scène, "s'il n'avait pas eu de ceinture ou s'il s'était retrouvé sous la nacelle, cela aurait pu être terrible".

Le Parquet d'Albi a immédiatement ouvert une information judiciaire et le manège a été fermé. Une décision difficile à admettre pour le gérant du ménage. En effet, le forain a essayé de rouvrir malgré l'interdiction des autorités.

Des scellés brisés pour rouvrir le manège

Après l'accident, le manège a été fermé. Selon nos informations, le gérant a rapidement demandé aux autorités de pouvoir rependre son activité. Cela s'est traduit, concrètement, par plusieurs appels téléphoniques, insistants.

Il y a eu des paroles. Mais aussi un (possible) passage à l'acte. Rien ne permet d'incriminer le gérant (résident à Toulouse) ou son exploitant sur site à Albi. 

Mais une chose est certaine. Des scellés ont été brisés. Ils ont été posés pour "figer" la scène de l'accident dans l'attente d'une expertise judiciaire. Ils matérialisaient également l'interdiction d'ouverture du manège. De là à dire que le délit est signé...

Car, en effet, le fait de détruire des scellés est sanctionné par le code pénal. Le Parquet a, comme toujours, l'initiative des poursuites. Autrement dit, l'auteur des faits ne sera poursuivi que si la procureure d'Albi décide d'engager des poursuites. 

Une expertise et une mise aux normes

La démarche a pris quelques jours et pour cause. Il existe en France très peu d'experts pour les manèges forains. Le Parquet d'Albi a mandaté l'un deux qui a du venir de Bourges.

Selon nos informations, les conclusions sont "tombées". Plusieurs mises aux normes ont été demandées à l'exploitant. Elles ont été effectuées en un temps record. Plus rien ne s'oppose à un retour à une activité normale.