Résultats des législatives 2024 : "vieux routier de la politique", ce sénateur a détrôné un député du Rassemblement National

Le RN espérait réaliser un grand chelem dans le département du Tarn lors de ces élections législatives 2024. Mais c'est finalement tout le contraire. Dans la 1ère circonscription, le député sortant a été battu par Philippe Bonnecarrère. Portrait.

Avocat de profession, Philippe Bonnecarrère est un "vieux routier de la politique". L'ancien maire d'Albi et sénateur centriste depuis 2014, il a tout simplement réussi à reprendre un siège de député au Rassemblement National à l'issue de ce second tour des législatives 2024. Il a été élu avec 56,23% des suffrages contre 43,77% pour le député RN sortant Frédéric Cabrolier.

"Un bloc central pour créer une situation de raison"

Il aura 69 ans dans quelques jours. Et Philippe Bonnecarrère va quitter la chambre haute pour l'Assemblée nationale après avoir empêché la réélection d'un député d'extrême droite dans le Tarn. Candidat surprise, Philippe Bonnecarrère avait choisi de se lancer dans la campagne express de ces élections législatives, pour incarner ce qu'il désignait comme un "bloc central" essayant de créer "une situation de dialogue, de raison et d'apaisement" entre le RN et le Nouveau Front populaire.

Soutenu par Horizons, le Modem et l'UDI, Philippe Bonnecarrère se présente sur son blog comme un "parlementaire passionné par les affaires européennes, les questions de défense et son département". Il a été maire d'Albi, première ville du département du Tarn, pendant près de 20 ans.

Partisan de la réforme des retraites, favorable à la régularisation des sans-papiers

Philippe Bonnecarrère a déjà été élu député. C'était en 1993, sous l'étiquette RPR, pour un mandat. Il a également siégé durant de longues années au conseil général. A été premier vice-président du conseil régional de Midi-Pyrénées de 1986 à 1993. Lors d'un entretien sur France Bleu Occitanie, il disait récemment de lui, avoir "l'expérience des territoires, de l'échange et du dialogue."

Partisan de la réforme des retraites, mais par ailleurs favorable à la régularisation des travailleurs sans papiers dans les secteurs en tension, il se pose en rassembleur. "Vous nous avez confié des responsabilités, a-t-il réagi dans une vidéo publiée dans la soirée. Il n'est pas dans mes intentions d'instrumentaliser ce vote, j'en respecte la pluralité avec loyauté."

Son adversaire RN s'incline

Arrivé en deuxième position lors du premier tour du 30 juin (avec 29,52% des voix), Philippe Bonnecarrère était devancé de dix points par le député RN sortant, Frédéric Cabrolier. Mais lors de ce second tour, le sénateur a sans doute bénéficié du désistement de la socialiste du NFP, Margot Lapeyre. Un geste qualifié de "clair, sincère et chaleureux" selon l'élu.

Frédéric Cabrolier, lui, ne voit pas les choses tout à fait de la même façon. "En sept législatives, je n’avais jamais vécu de tels coups bas de la part d’une poignée d’élus centristes de cette circonscription !", fulmine-t-il sur sa page Facebook, ce dimanche 7 juillet au soir.

Philippe Bonnecarrère s'est également adressé aux 44% d'électeurs qui ont voté pour le candidat du Rassemblement National. "J'ai pu mesurer durant cette campagne combien il pouvait y avoir de mécontentement. Et combien, les gens pouvaient à un moment se replier et ne pas vouloir dialoguer." Le nouveau député élu dans le Tarn entend leur démontrer qu'il peut y avoir dans la vie publique des choses positives.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité