Cet article date de plus de 6 ans

La mention "mort au service de la Nation" pour l'enseignante tuée à Albi et le statut de pupilles pour ses filles

Le ministre de l'Education nationale Benoit Hamon a indiqué ce mercredi devant les députés qu'il allait demander le statut de "pupilles de la Nation" pour les filles de l'enseignante tuée vendredi à Albi, qui devrait elle-même obtenir la mention "mort pour la Nation".
Benoit Hamon à l'école Edouard-Herriot d'Albi le 4 juillet
Benoit Hamon à l'école Edouard-Herriot d'Albi le 4 juillet © MaxPPP
Les deux filles de l'institutrice Fabienne Terral-Calmès, morte poignardée vendredi à Albi "au service de l'école de la République", bénéficieront du statut de "pupille de la nation impliquant une prise en charge financière et éducative", a annoncé Benoît Hamon mercredi devant les députés.

Fabienne Terral-Calmes, 34 ans, a été tuée dans sa classe de maternelle par une mère d'élève déséquilibrée, au dernier jour de l'année scolaire.

L'institutrice est "morte au service de l'école de la République", a dit le ministre de l'Education nationale, relevant "les devoirs et la dette de l'Etat à l'égard de sa famille et de ses enfants", lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée.

Cette dette "nous amènera à ce que je propose dans les heures qui viennent la reconnaissance officielle des circonstances de la mort de Fabienne Terral-Calmès", afin que "soit portée à son état civil la mention "mort au service de la nation", a dit Benoit Hamon, interrogé par le député (PS) du Tarn Jacques Valax.

Cela permettra à ces deux filles de "disposer du statut de pupille de la nation impliquant une prise en charge financière et éducative reconnaissant la lourde dette à l'égard des enfants" de l'institutrice, a ajouté le ministre.

A l'issue de l'intervention de Benoit Hamon, les députés, de droite comme de gauche, se sont levés et ont applaudis en hommage à Fabienne Terral-Calmès (voir vidéo ci-dessous)

durée de la vidéo: 05 min 29
Albi : question à l'assemblée nationale

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
criminalité politique éducation faits divers