Un jeune Toulousain lance une plateforme pour faire cohabiter étudiants et seniors

Avoir une chambre dans un appartement de 95 m2, pas loin du Capitole de Toulouse, pour 170 €/mois en échange de services pour le loueur, voilà ce que propose une plateforme lancée par un jeune Toulousain de 21 ans. Une cohabitation intergénérations qui correspond à une demande de plus en plus forte.

D’un côté, un étudiant qui n’a pas beaucoup de moyens pour se loger, qui rêve d’espace ou qui aime le contact… De l’autre, une personne âgée, autonome, mais qui ne peut plus faire certaines tâches, qui souffre de solitude… Les deux sont faits pour se rencontrer. C’est l’idée proposée par un jeune Toulousain via une nouvelle plateforme qui met en relation ces générations pour cohabiter.

Génération coloc'

Clément Aliaga a 21 ans. Diplômé en juillet dernier d’un DUT carrière sociale service à la personne, il a travaillé sur ce projet durant ses études. Il vient de le concrétiser. « Lors de ma 2e année, j’étais étudiant-entrepreneur. J’ai bien vu les galères des jeunes pour se loger. J’ai travaillé sur ce projet dans le cadre de mon diplôme. Voyant que ça n’existait pas en France, j’ai décidé de lancer cette entreprise pour mettre en relation les jeunes et les personnes plus âgées. »

Pour cela, il suffit de s’inscrire sur la plateforme en répondant à une trentaine de questions. Les jeunes doivent avoir entre 18 et 30 ans, les seniors être toujours autonomes. Juridiquement, il s’agit bien de cohabitation et non de colocation. Le projet a été visé par un juriste. Le loueur propose une chambre dans une maison ou appartement, le jeune paiera un loyer modeste en échange de prestations ou services comme l’entretien du jardin ou la promenade du chien. « En France il existe des associations qui proposent cette mise en relation, mais pas des entreprises comme la mienne. C’est unique en Occitanie. »

Une chambre au Capitole pour 170€ mensuels

Lancé en août dernier, le site Génération coloc' n’a pas encore enregistré de contrat, mais possède déjà des annonces. Exemple avec cette enseignante à la retraite, qui propose une chambre dans son appartement de 95m2, situé à 300m de la place du Capitole à Toulouse, avec un loyer défiant toute concurrence : 170€/mois en échange de promenades pour le chien le soir et le week-end.

Il y a aussi une autre dame qui propose une pièce dans son appartement situé dans le quartier Papus de Toulouse. L’étudiant dispose d’une chambre et peut profiter aussi des parties communes : cuisine, salon, salle de bain, terrasse, jardin. Il n’y a pas de logement gratuit car la loi l’interdit, mais le loyer peut-être plus ou moins élevé en fonction du lieu et des services rendus par l’étudiant. Celui-ci peut aussi percevoir une rémunération au cas par cas.

Pour l’heure, Clément Aliaga est toujours pompier volontaire à Toulouse et veilleur de nuit dans une résidence pour personnes âgées. Mais il compte bien rapidement lâcher son travail pour se consacrer exclusivement à son entreprise. « Nous avons trente étudiants inscrits et six personnes âgées sur la région toulousaine. J’ai même reçu des demandes de Lille, Marseille ou Paris, mais pour l’instant, on se limite à Toulouse. »

L’initiative est originale et devrait rapidement trouver preneur chez les jeunes, comme les plus anciens. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société jeunesse personnes âgées famille internet économie économie numérique