Pas d'ours au festival Rock en Seine

Une animation avec un ours, envisagée dans le cadre du festival Rock en Seine et dénoncée par l'association de défense des animaux Peta France, a été déprogrammée du Festival Rock en Seine.

© Flickr/arylie
Une animation avec un ours, envisagée dans le cadre du festival Rock en Seine et
dénoncée par l'association de défense des animaux Peta France, "n'est plus programmée
depuis plusieurs jours", a déclaré mardi le directeur et fondateur du festival,
François Missonnier. 
"Cette décision n'est pas liée" au courrier envoyé par Peta aux organisateurs
du festival, leur demandant de retirer cette attraction pour ne pas exposer l'animal
au stress du bruit et de la foule, a-t-il assuré à l'AFP.
"La compagnie qui devait monter le spectacle avec l'ours est reconnue. Elle traite
bien les animaux", a dit M. Missonnier.
Peta (People for the Ethical Treatment of Animals) considère qu'"exposer un ours
ou tout autre animal au chaos et au bruit d'un festival de musique est cruel",
dans son courrier adressé à M. Missonnier.
"Qu'ils soient nés en captivité ou non, les ours sont des animaux sauvages qui
exécutent des numéros seulement une fois que leur esprit indépendant a été totalement
brisé. Les dresseurs emploient la punition physique, la terreur et l'intimidation
pour que les animaux restent apeurés et accommodants", ajoute l'association de
défense des animaux.
Rock en Seine fêtera ses dix ans du 24 au 26 août au domaine de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).
Outre la participation de nombreux groupes et artistes, dont Placebo, Green Day
ou The Black Keys, la 10e édition du festival doit proposer un cirque baptisé "Rock'n'roll
Circus" avec "fakir", "femmes à barbe" et autres "phénomènes de foire". C'est à
cette occasion que la compagnie Atchaka aurait dû présenter un numéro dansé avec
un ours.   
Selon le collectif Peta, le festival Rock en Seine "met sa réputation en danger
en se rabaissant à ce genre de promotion de mauvais goût", alors que plusieurs
groupes au programme "ont témoigné de leur amour pour les animaux".
Une animation avec un ours, envisagée dans le cadre du festival Rock en Seine, "n'est plus programmée depuis plusieurs jours", a déclaré mardi le directeur et fondateur du festival Rock en Seine, François Missonnier.  Une décision qui ne serait, d'après le directeur du festival, "pas liée" au courrier envoyé par l'association Peta, leur demandant de retirer cette attraction pour ne pas exposer l'animal au stress du bruit et de la foule.
 
Peta (People for the Ethical Treatment of Animals) considère,dans son courrier adressé à M. Missonnier, qu'"exposer un ours ou tout autre animal au chaos et au bruit d'un festival de musique est cruel". "Qu'ils soient nés en captivité ou non, les ours sont des animaux sauvages qui exécutent des numéros seulement une fois que leur esprit indépendant a été totalement brisé. Les dresseurs emploient la punition physique, la terreur et l'intimidation pour que les animaux restent apeurés et accommodants", ajoute l'association de défense des animaux.
 
"La compagnie qui devait monter le spectacle avec l'ours est reconnue. Elle traite bien les animaux", a  répondu M. Missonnier.

Rock en Seine fêtera ses dix ans du 24 au 26 août au domaine de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Outre la participation de nombreux groupes et artistes, dont Placebo, Green Day ou The Black Keys, la 10e édition du festival doit proposer un cirque baptisé "Rock'n'roll Circus" avec "fakir", "femmes à barbe" et autres "phénomènes de foire". C'est à cette occasion que la compagnie Atchaka aurait dû présenter un numéro dansé avec un ours.   
 
Selon le collectif Peta, le festival Rock en Seine "met sa réputation en danger en se rabaissant à ce genre de promotion de mauvais goût", alors que plusieurs groupes au programme "ont témoigné de leur amour pour les animaux".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rock en seine concerts musique idées de sorties