• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La dernière tour de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine est tombée

Le procédé de destruction utilisée sur la tour Balzac est celui du vérinage / © F3
Le procédé de destruction utilisée sur la tour Balzac est celui du vérinage / © F3

La dernière tour, dénommée la tour "GHJ" de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine (94) a été démolie mercredi. C'est dans cette tour qu'il y a 10 ans, Sohane avait été brûlée vive.

Par Emmanuèle Bailly avec AFP

Destruction de la tour Balzac

A 13H00, une corne de brume a retenti dans l'un des premiers grands ensembles de logements sociaux de la région parisienne, inauguré en 1967. La tour "GHJ", 14 étages, qui comprenait 168 logements, s'est effondrée comme un château de cartes sous les applaudissements et sifflets des habitants du quartier, réunis sur un stade voisin. Un immense nuage de fumée s'est alors dégagé, poussé par le vent sur le stade des spectateurs.

Avant "GHJ", les tours "ABC" et "DEF" avaient été démolies, respectivement en 2007 et 2009, dans le cadre d'un vaste projet de rénovation urbaine de 280 millions d'euros qui a vu disparaître plus de 600 logements, soit la moitié des HLM du quartier. Le double a été reconstruit sur la commune. C'est dans la tour "GHJ" que le 4 octobre 2002, Sohane Benziane, 17 ans, avait été brûlée vive par un homme de 23 ans.

La démolition a été effectuée par le procédé du vérinage: des vérins hydrauliques, commandés à distance, mettent en mouvement la partie supérieure de l'immeuble, qui s'effondre sur la partie inférieure. Cette technique permet de réduire le périmètre à évacuer par rapport à l'usage des explosifs.

Voir le reportage d'Olivier Chapelet et de Noé Salem

Sur le même sujet

cirque Romanès

Les + Lus