Cet article date de plus de 8 ans

Non à la méthanisation des déchets ménagers

Quelque 300 membres de collectifs associatifs ont manifesté samedi à Paris contre le développement d'usines de "tri mécano-biologique" des déchets ménagers (ou TMB), génératrices selon eux de nuisances. .
© France 3 IDF
La manifestation visait notamment l'usine de TMB-méthanisation de Romainville (Seine-Saint-Denis), un projet contesté qui doit être rediscuté par les élus locaux début décembre au terme d'un moratoire de 6 mois, ainsi qu'un projet similaire à Ivry-sur-Seine à l'horizon 2023.

Les manifestants, dont beaucoup venus de province où existent déjà des usines de ce type -Angers, Montpellier...- ont été contraints au surplace, empêchés de défiler vers l'Assemblée nationale ou le boulevard Saint-Germain par des forces de l'ordre importantes. "C'est totalement disproportionné", a indiqué à l'AFP François Vasquez, porte-parole de l'association de riverains de l'usine de Montpellier. Il a déploré le manque d'intérêt du ministère de l'Environnement sur le sujet, soulignant le scandale sanitaire et environnemental que représentent ces usines, "formidables générateurs d'odeurs putrides, de gaz, et qui ne valorisent rien puisque 95% des déchets partent ensuite en décharge ou en incinérateur".

Les usines TMB séparent selon des procédés biologique et mécaniques les déchets dits "inertes" des déchets organiques transformés en biogaz et en compost par méthanisation. Le développement en France de ce type d'usine nuit, selon les opposants, au développement d'une filière de collecte des déchets organiques (restes de repas...) séparée de l'ensemble des déchets ménagers, à l'instar des bacs prévus pour le verre et le carton.
L'assocation Arivem, opposée au projet de Romainville, met en avant le "bilan calamiteux" de ce procédé au regard des expériences existant en France et en Europe, évoquant des risques d'incendie, un compost trop pollué pour être utilisé par l'agriculture ou des problèmes d'odeurs pour les riverains.

L'usine prévue à Romainville, dimensionnée pour traiter 300.000 tonnes de déchets ménagers, sera "la plus grosse en Europe", selon cette association.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie