Cet article date de plus de 8 ans

Avec David Beckham, le PSG s'offre un énorme coup de pub ...et une machine à faire de l'argent

Plus qu'un choix sportif dont il n'avait pas besoin, le PSG montre, en achetant la star du foot, qu'il entend bien rentabiliser la marque PSG et ses droits dérivés.
© HARRY HOW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
"David Beckham, c'est bien plus qu'un footballeur, c'est une marque à lui tout seul." disait en 2011 Leonardo, le directeur sportif du PSG. Une opinion largement partagée partout sur la planète foot. Une marque oui, et bien plus forte que celle du PSG. Une marque planétaire qui suffit dans bien des cas à doper les ventes de n'importe quoi, du maillot de l'équipe qui le recrute jusqu'à une marque de voiture, des droits télé de championnats de foot dans le monde entier, en passant par des rasoirs ou des produits prétendument amaigrissants. Acheter David Beckham c'est acheter de la notoriété mondiale.

Car sur le plan sportif, il est probable que le PSG n'attend pas grand chose de son nouveau joueur. Une apparition ici ou là, de temps en temps, suffira. De ce côté là, le PSG dispose de suffisamment de grands joueurs, plus jeunes et au moins aussi talentueux. Il n'a pas besoin de Beckham, qui est en fin de carrière et dont personne ne sait plus, depuis quelques années, quel est son niveau sportif actuel. 

En revanche, partout où il passe, David Beckham fait vendre, de façon spectaculaire. Ainsi, lors de deux courtes apparitions (2 fois trois mois) au Milan AC, il a rapporté près de 20 millions d'euros quand on le disait déja en retraite! Et en quatre ans de présence au Real Madrid, un million de maillots à son nom se sont vendus!

Objectif international


Les maillots, donc, premier objectif mais pas forcément le principal. Avec David Beckham, le PSG attend de pouvoir exporter sa marque à l'international, et notamment en Asie où résident les plus fans des supporters de l'anglais. Et l'international, ça commence avec la vente des droits télé, sur lesquels l'actionnaire quatari a de grandes ambitions.

Mais les "retombées Beckham" ne devraient pas s'arrêter là. L'arrivée de la star anglaise pourrait attirer les sponsors, qui eux aussi sont toujours à l'affût des grosses locomotives marketing qui tirent les ventes vers le haut. Sur ce chapitre aussi, le PSG attend des bénéfices.

Au delà encore, dans le temps, le PSG pourrait même caresser l'idée d'augmenter le tarif des places pour ses matches, si le spectacle offert en vaut la chandelle. De toute façon, sans même parler d'augmentation, les projets d'agrandissement du Parc des Princes génèreront des milliers de places supplémentaires qu'il faudra bien vendre!

Autant de raisons donc, pour le PSG, d'espérer voir ses recettes augmenter considérablement. A titre de comparaison, pendant les quatre ans où David Beckham était au Real Madrid ( 2003/2007), le club espagnol a vu ses recettes augmenter de 460 millions d'euros!
Des recettes sur lesquels Beckham touche évidemment un pourcentage qui peut aller jusqu'à 50%.

Car l'anglais sait gérer ses intérêts : peu importe le salaire que lui a proposé le PSG, ce n'est pas la partie importante de ses revenus. Entre des droits d'image et des sponsors, la star perçoit les produits d'énormes contrats qui lui permettent aujourd'hui d'être à la tête d'une fortune estimée à plus de 200 millions d'euros.
Chaque année, Adidas lui verse 3 millions d'euros, H&M 7 millions d'euros, Pepsi 1,5 million d'euros sans parler des Samsung, Mark&Spencer, ou Emporio Armani! Au total, ce sont plus de 20 millions d'euros que lui rapportent chaque année ses contrats publicitaires.
Au point que l'homme possède sa propre société, baptisée "Footwork Productions" dont l'unique raison d'être est de gérer la "licence David Beckham". Cette société lui verse des dizaines de millions d'euros.

>> Vidéo - Beckham vu par Capital : Joueur de foot ou panneau publicitaire ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psg football sport