Cet article date de plus de 8 ans

Un plan pour améliorer la sécurité du quartier de la Défense en cas de catastrophe

Le quartier d'affaires de la Défense, où cohabitent quelque 180.000 salariés et habitants, va se doter d'un plan pour renforcer sa sécurité en cas de catastrophe.
Ce plan de mise en sécurité de la Défense (PMSD) sera signé ce vendredi soir par Pierre-André Peyvel, préfet des Hauts-de-Seine, et Patrick Devedjian (UMP), président de De Facto l'établissement public chargé de la gestion, de la promotion et de l'animation du quartier d'affaires.

Le dispositif, qui succède à un plan de secours et d'évacuation, vise à améliorer la gestion des flux et l'accessibilité pour les secours en cas d'attentat, de crash aérien, d'accident grave dans les transports ferroviaires ou encore d'incendie important dans les parkings, tunnels ou autres réseaux routiers.

L'idée est de donner "le même mode opératoire à l'ensemble des salariés de la Défense pour la conduite à tenir" lors de ce genre d'événement, explique-t-on chez De Facto.

L'objectif est également d'assurer "une gestion globale de la sécurité" du quartier d'affaire "en mettant en réseau" l'ensemble de ses acteurs qui fonctionnaient auparavant "un peu en autarcie avec leur propre service de sécurité", ajoute-t-on chez De Facto.

Concrètement, cela se traduira par la mise en place d'une signalétique dans les espaces publics, d'un système de sonorisation pour diffuser alarme et messages d'alerte ainsi que de consignes formalisées dans un dépliant téléchargeable sur internet.

Ce PMSD s'inscrit dans le cadre du plan de relance de la Défense, initié en 2006 par Nicolas Sarkozy.

Il vise à conforter l'image et l'attractivité de ce site sensible fondé sur un modèle d'architecture sur dalle, qui se caractérise par une importante concentration humaine ainsi qu'un important noeud ferroviaire et routier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture et urbanisme