EN IMAGES - Quand les ultras gâchent la fête du PSG

La fête promettait d'être belle. Les supporters s'étaient massés depuis plusieurs heures pour célébrer avec les joueurs du Paris Saint-Germain le 3e titre de l'histoire du club de la capitale. Mais cette promesse a tourné au fiasco en quelques minutes. Quand les ultras ont décidé de tout gâcher.

© FRANCK FIFE / AFP
La fête promettait d'être belle. Les supporters s'étaient massés depuis plusieurs heures pour célébrer avec les joueurs du Paris Saint-Germain le 3e titre de l'histoire du club de la capitale. Mais cette promesse a tourné au fiasco en quelques minutes. Quand les ultras ont décidé de tout gâcher.

>> Voir le diaporama : 
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP


De premiers incidents avaient retardé la cérémonie au Trocadéro et les joueurs étaient repartis cinq minutes seulement après avoir brandi le trophée.

Peu après, plusieurs centaines de supporteurs, répartis en différents groupes, ont affronté sur l'esplanade du Trocadéro les CRS, leur lançant des barrières de sécurité ou du verre pilé. Les forces de l'ordre ont répliqué en jetant des grenades assourdissantes.
Le café Kléber
Le café Kléber © Nicole Bappel
A 21h, le calme était revenu sur la place du Trocadéro, rouverte à la circulation, mais en contrebas, des supporteurs continuaient à faire face aux forces de l'ordre sur le pont menant à la Tour Eiffel, où certains ont même pillé un autobus de touristes.

Un aperçu des dégâts saisi par notre journaliste Nicole Bappel : 

«Un déplorable retour en arrière»


Dimanche soir, déjà, après la victoire du PSG à Lyon et l'assurance du titre pour le club parisien, de nombreux supporters avaient afflué sur les Champs Elysées, avec quelques débordements, notamment des vitrines brisées. Les forces de l'ordre avaient alors effectué 21 interpellations

Brice Hortefeux, qui avait beaucoup oeuvré pour endiguer la violence dans le football, a déclare ce lundi soir sur le site du Figaro.fr : "C'est un déplorable retour en arrière. Nous avions réussi à héradiquer la violence des stades, à rendre cette le football aux familles. Et le spectacle auquel nous assistons désormais en plein Paris témoigne d'un échec patent de nos successeurs."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psg sport football