VIDÉO - PSG Champion : retour sur une journée de fête qui a viré au cauchemar

La fête du PSG organisée lundi en fin de journée a donc viré au fiasco. Vitrines brisées, voitures incendiées, on ne compte plus les dégâts provoqués par une bande de casseurs dans le quartier du Trocadéro. 32 personnes ont été blessées et une trentaine d'individus ont été interpellés.

Le PSG n'en a donc pas terminé avec la violence de certains de ses supporteurs. Le club, quelque peu désarmé et qui a sans doute péché par naïveté en souhaitant s'offrir une vue imprenable sur la Tour Eiffel, malgré les craintes de certains de ses membres sur les risques de débordement, n'a pu que déplorer en fin de soirée "une fête gâchée par quelques centaines de casseurs".
Le PSG n'en a donc pas terminé avec la violence de certains de ses supporteurs. Le club, quelque peu désarmé et qui a sans doute péché par naïveté en souhaitant s'offrir une vue imprenable sur la Tour Eiffel, malgré les craintes de certains de ses membres sur les risques de débordement, n'a pu que déplorer en fin de soirée "une fête gâchée par quelques centaines de casseurs". © IP3 PRESS/MAXPPP
>> Retour sur cette soirée gâchée avec le reportage de notre équipe sur place, Aude Blacher et Jean-Yves Blanc :

durée de la vidéo: 02 min 10
Bilan de la nuit d'incidents (PSG)

Le retour au premier plan des ultras et les incidents qui ont émaillé lundi la remise du trophée de champion de France ternissent de nouveau l'image du Paris Saint-Germain et constituent une grosse épine pour l'actionnaire qatari, arrivé à la tête du club pour profiter du prestige de la capitale. 

Les propriétaires qataris rêvaient d'une belle carte postale et souhaitaient immortaliser le premier sacre parisien depuis leur prise de contrôle du club en 2011, avec la Tour Eiffel en toile de fond. Mais la fête a laissé la place à la violence et à la désolation avec un triste bilan: 32 blessés, 39 personnes interpellées, des scènes d'émeute dans les zones les plus touristiques de la ville et une cérémonie écourtée avant l'annulation pure et simple d'une croisière sur la Seine, pour des raisons de sécurité.

Le PSG n'en a donc pas terminé avec la violence de certains de ses supporteurs. Le club, quelque peu désarmé et qui a sans doute péché par naïveté en souhaitant s'offrir une vue imprenable sur la Tour Eiffel, malgré les craintes de certains de ses membres sur les risques de débordement, n'a pu que déplorer en fin de soirée "une fête gâchée par quelques centaines de casseurs".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psg football police