Cet article date de plus de 8 ans

Saison 2013-2014 : La Comédie-Française ne connaît pas la crise.

Le programme de la saison 2013-2014 était dévoilé ce jeudi 30 mai 2013 à la presse par Muriel Mayette, administratrice de la Comédie-Française. Malgré un budget en baisse, le nombre de spectacles reste constant.  
Muriel Mayette, administratrice de la Comédie-Française, dans la salle Richelieu.
Muriel Mayette, administratrice de la Comédie-Française, dans la salle Richelieu. © Cosimo Mirco Magliocca
Sous la coupole de la Comédie-Française, Muriel Mayette reçoit autour d'un café pour présenter la prochaine rentrée. L'endroit, encore bâché, a été désamianté et deviendra bientôt  accessible au public : "Il faut prendre de la hauteur pour voir loin" dit en préambule l'administratrice du premier théâtre de France.

À l'horizon, une crise qui dure et un budget réduit de un million d'euros sur trois ans : "Il n'est cependant pas question de jouer moins, puisque le public est au rendez-vous dans  nos trois salles". Avec près de 90% de fréquentation, la Comédie-Française ne connaît pas la crise du public. Elle devra pourtant attendre pour pousser ses murs : la quatrième salle prévue à la Bastille, ce n'est pas pour demain. Le projet est toujours gelé. En revanche, le Théâtre Éphémère sera prochainement démonté, après avoir trouvé un acquéreur. La signature est imminente.

"Lorsqu'on a les talents sur place pourquoi aller les chercher à l'extérieur?" demande Muriel Mayette. Ainsi Véronique Vella, l'une des plus brillantes sociétaires de la maison, mettra en scène et réalisera en même temps le décors de Psyché de Molière, à l'affiche la prochaine saison, salle Richelieu. Il y en aura une fois de plus pour tout les goûts. Des reprises et de nouvelles mises en scène, du Misanthrope ou du Songe d'une nuit d'été. La patronne retournera sur le plateau avec les acteurs de la troupe, pour les diriger dans cette pièce de Shakespeare : "En ce moment d'économie obligatoire qui va un tout petit peu durer, il ne faut pas proposer moins mais différemment" reconnaît-elle. Il y aura ainsi moins de spectacles confiés à des metteurs en scène extérieurs. Les acteurs présents sur les écrans de cinéma, sans être empêchés de tourner, seront sur le pont. Denis Podalydès jouera Hamlet et dirigera Guillaume Gallienne  dans le rôle-titre de Lucrèce Borgia. Laurent Laffite sera dirigé par Zabou Breitman dans Le système Ribadier de Feydeau. Quant au  jeune Pierre Niney que les réalisateurs s'arrachent, il sera sans doute un peu moins présent qu'il ne le fut cette saison.

En ces temps de crise, la Comédie-Française ne s'essouffle pas et se resserre autour de ses artistes. Philosophe, la maîtresse des lieux ne quitte pas les cimes du bonheur de sa mission et affirme cette phrase de Henri Barbusse: "Le bonheur, cette chose qui n'existe pas, et qui pourtant un jour n'est plus". Pour elle c'est certain, il existe ici et maintenant. Elle n'en fait pas l'économie.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
théâtre culture