La loi interdisant le voile intégral doit-elle être remise en question ?

© france3paris
© france3paris

Entrée en vigueur au mois d'octobre 2010, la loi visant à interdire le voile dans l'espace publics suscite depuis beaucoup de critiques et un climat de tensions lors des derniers contrôles de police.

Par Isabelle Audin


Les derniers évènements à Trappes démontrent que la loi interdisant le voile intégral est très mal perçu par la communauté musulmane. Il faut dire que ces dernières semaines, une recrudescence d'agressions racistes envers des femmes voilées ont suscité la colère de nombreuses associations de défense contre l'islamophobie. Argenteuil, Trappes, Reims... des faits graves très peu relayés par les médias et les politiques.

Les réseaux sociaux restent les principaux relayeurs d'informations de ces incidents.


Les musulmans ressentent un sentiment d'injustice. Ils estiment qu'il y a un déni de l'islamophobie de la part des politiques et des médias.
Il faut remettre dans ce contexte, les derniers évènements qui ont eu lieu à Trappes. Un contrôle d'identité qui a dégénéré et qui ne surprend pas certains syndicats de police. Pour eux, l'application de la loi s'avère souvent difficile dans certains quartiers. "C'est l'occasion éventuel pour certaines femmes voilées ou son entourage de faire de ce voile une sorte d'acte militant" nous confie un policier.

Une thèse appuyée par la sociologue Agnès de Féo, qui étudie et analyse le port du niqab auprès de femmes musulmanes depuis cinq ans. "la loi n'a pas seulement suscité des vocations à porter le niqab, mais elle a aussi entraînée des conversions à l'Islam". "On a beaucoup de jeunes femmes qui ont entre 15 et 20 ans, qui ont porté le niqab très rapidement. On voit que c'est un phénomène de jeunes et de rébellions plus qu'un moyen d'afficher sa religion" ajoute-elle.

A voir le documentaire d'Agnès de Féo : • Niqab Hors-la-loi (2012),  après la loi
http://www.youtube.com/watch?v=uePjfbX5E7Y

Cette loi toujours de plus en plus contestée, devrait être mise en examen par la Cour européenne des droits de l'Homme, une Française ayant introduit une requête auprès de la Cour quelques mois après le vote de la loi.

Un rapport fournit par l'Observatoire de la laïcité sur les relations entre religions et société indique également que la "justice européenne sera conduite prochainement à apprécier la comptabilité" de la loi.  Cet examen est programmé pour l'automne 2013 selon le ministère des Affaires étrangères, une "audience qui sera nécessairement fortement médiatisée", ajoute le Quai-d'Orsay.

Reportage de Mattieu Caillaud et Nedim Loncarevic
DMCloud:89993
DECODAGE LOI NIQAB


>> Découvrez le reportage de Marc Schmitt et Mathieu Caillaud

DMCloud:90159
Polémique : La loi sur le voile intégral

Ce que dit la loi du 10 octobre 2010

Extraits
"Nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage". Par espace public, on entend les voies publiques, les transports en commun, les commerces et centres commerciaux, les établissements scolaires, bureaux de poste, hôpitaux, tribunaux, administration...
Sont notamment interdits le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab...), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement rendant impossible l'identification de la personne.
Toute personne obligeant une femme à se voiler sera passible d'un an de prison et de 30 000 euros d'amende.

Pour en savoir plus 

Sur le même sujet

Les + Lus