Cet article date de plus de 7 ans

Une fois élus, comment votent nos députés européens ?

L'institut de recherche européen, "Notre Europe", publie une étude claire et détaillée sur le vote des députés européens français et franciliens sur 21 grands enjeux clefs soumis au vote de 2009 à 2014. Les résultats de l'étude remettent pas mal d'idée en place.
© Frédérick Florin/AFP Photos
Bien souvent, malheureusement, les débats politiques concernant l'Europe et son fonctionnement, à fortiori lorsqu'il s'agit de débats pré-électoraux, se résument à des invectives et accusations sur le thème "vous avez voté contre tel projet!" ou "vous avez voté pour telle décision!". Le citoyen, généralement, n'a pas réellement les moyens de savoir qui dit vrai, qui a tort et comment s'est déroulé tel ou tel scrutin au Parlement Européen, sur des thèmes et des enjeux souvent pourtant majeurs dans nos vies quotidiennes.

C'est pour cette raison que les citoyens européens que nous sommes ont du mal à identifier ce qui se passe au Parlement européen. Pour cette raison que beaucoup sont de plus en plus sceptiques, méfiants, voire hostiles.

L'étude, signée par deux chercheurs, Yves Bertoncini et Thierry Chopin, et l'institut de recherche Notre Europe- Institut Jacques Delors, a le mérite de rendre très clairs ces votes de nos élus sur les grands enjeux. Elle montre aussi très simplement que le Parlement Européen est une assemblée ou il est nécessaire, pour pouvoir faire avancer des projets ou au contraire en bloquer d'autres, de trouver des majorités variables.

Pour chaque projet, les élus doivent, faute de majorité, constituer des alliances, trouver des partenaires. Et, contrairement à un parlement national, dans lequel il y a généralement une majorité et une opposition, au Parlement Européen, une majorité trouvée sur un sujet ne sera plus forcément la même pour le projet suivant soumis au vote. L'obligation de trouver un accord à l'échelle de toute l'Europe, fait que tout vote exige des négociations.

La première des leçons de cette étude, c'est qu'au bout du compte, un projet important voté par le Parlement Européen suppose qu'il y a réellement eu une majorité sur le projet, contrairement à ce que veulent ensuite souvent faire croire certains politiques lorsqu'ils rentrent dans leur pays d'origine.

L'autre leçon de l'étude, c'est que, sujet par sujet, les votes et les alliances sont bien loin de ce que l'on croit ou de ce que veulent faire croire, là encore, au coup par coup, certaines personnalités ou formations politiques. Il suffit, pour s'en rendre compte, d'observe ces graphiques, qui analysentles positions de chacun sur le budget de l'Europe, la politique agricole ou l'aide aux plus démunis...etc On y découvre que les positions sont plus souvent "nationales" que "doctrinaires, que les alliances PsS et UMP/Centre sont fréquentes, et que Front National ou Front de Gauche n'ont pas toujours les votes qu'ils revendiquent sur le plan de politique intérieure.

Les explications avec William Van Qui, dans le 19/20 de France3 Paris Ile-de-France à 19heures, lundi 19 mai.

Pour voir les votes des députés européens francilienshttp://www.notre-europe.eu/media/voteparlementaireseuropeens
Pour avoir accès aux votes des députés européens français : http://www.notre-europe.eu/media/3votefranceinfographiesne
Enfin, si vous souhaitez consulter l'article de Notre Europe, en intégral :http://www.notre-europe.eu

Notre Europe - Institut Jacques Delors est l’Institut de recherche européen fondé par Jacques Delors en 1996, à la fin de sa Présidence de la Commission européenne. L’objectif de Notre Europe - Institut Jacques Delors est de produire des analyses et des propositions destinées aux décideurs européens et à un public plus large, ainsi que de contribuer aux principaux débats relatifs à l’Union européenne. (Wikipédia)


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections européennes politique