Au carrefour de la porte de Saint-Ouen, les réfugiés se bousculent

Depuis une semaine, des réfugiés kosovars et syriens se sont installés au carrefour entre Paris et la porte de Saint-Ouen. Des rixes auraient éclatées entre les individus. Une réunion sur le sujet est prévue aujourd’hui.

A la sortie du périphérique, à la porte de Saint Ouen, ils sont environ 80 à s’être installé depuis près de dix jours. La très grande majorité d’entre eux sont kosovares, apprend-t-on de la Mairie après que des contrôles d’identité aient été fait le weekend dernier. Parmi eux, quelques réfugiés syriens.

Tous sont là, entre la bretelle de sortie du périphérique et l’hôtel Formule 1 de la rue du Docteur Babinski dans le 18e arrondissement, à recueillir les dons qui leur sont fait et à faire la manche auprès des automobilistes qui passent par là.

Malheureusement, les vivres manquent et les rixes entre les différentes communautés suite aux distributions de nourriture et de vêtements ne sont pas rares le soir. Les CRS seraient par ailleurs intervenus jeudi dernier après qu’une bagarre à l’arme blanche ait été signalée. De plus, les riverains craignent pour la sécurité des enfants qui mendient auprès des automobilistes. "On ne voit presque pas les enfants tellement ils sont petits," s’est plaint un riverain au Parisien.

Selon la mairie de Saint Ouen, le Square Edouard-Vaillant va être fermé par la police municipale afin d’éviter que les individus ne s’y rassemblent.

Des hébergements provisoires devraient être proposés aux familles et une réunion sur le sujet sera organisée ce soir à 19h à la préfecture de Seine-Saint-Denis. La préfecture de région, la préfecture de police, la ville de Saint-Ouen et le Conseil général de Seine-Saint-Denis devront alors "déterminer les conditions d’une prise" en charge afin de trouver une solution à la situation.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité