Quelques affaires de drogue dans la police depuis quinze ans

Publié le Mis à jour le
Écrit par ET/AFP
© AFP

En quinze ans, plusieurs affaires de drogues mettant en cause des policiers ont secoué des services de police. 

Plusieurs affaires de drogue mettant en cause des policiers ont secoué des services de police depuis une quinzaine d'années:

31 juillet 2014
Plus de 52 kilos de cocaïne disparaissent d'une salle des scellés du 36 quai des Orfèvres. Un "policier modèle" de 33 ans de la brigade des Stups', soupçonné d'avoir dérobé la drogue, est interpellé deux jours après à Perpignan, un de ses collègues est arrêté le 4 août. Le principal suspect, déferé mercredi, nie et la drogue demeure introuvable.

2 octobre 2012
Plusieurs policiers de la BAC nord de Marseille sont arrêtés à l'issue d'une perquisition de leurs locaux dans une affaire de "vols, extorsions en bande organisée, violences aggravées, acquisition et transport de stupéfiants". Un an plus tard, l'enquête de l'IGPN démontre des faits de récupération de cigarettes et stupéfiants lors de contrôles. Révocations et suspensions sont prononcées en décembre 2013.

14 septembre 2012
Sept policiers lyonnais sont mis en examen pour des faits de corruption, soupçonnés d'avoir rendu, parfois depuis cinq ans, des services à des trafiquants de drogue, en échange de repas au restaurant ou de matériel électronique.

3 octobre 2011
Le commissaire Michel Neyret, 55 ans, n°2 de la police judiciaire de Lyon, est mis en examen dans une enquête pour corruption, trafic international de stupéfiants et blanchiment d'argent. Il est révoqué le 7 septembre 2012. On le soupçonne d'avoir fourni des renseignements à des personnes réputées proches du milieu lyonnais en échange de cadeaux.

19 février 2010
Deux brigadiers-chefs de la brigade des stupéfiants de la PJ d'Orléans, sont condamnés à 7 ans d'emprisonnement à Saintes (Charente-Maritime) pour avoir organisé et alimenté un trafic de stupéfiants. L'un d'eux a expliqué qu'ils s'approvisionnaient dans l'armoire à scellés, remplaçant la drogue subtilisée par du chocolat ou du plâtre. Ce trafic de drogues portait sur 150 kg de cannabis, 30 kg d'héroïne et 2 kg de cocaïne pour un bénéfice estimé à 220.000 euros.

13 novembre 2008
François Stuber, ex-numéro 2 de la brigade des stupéfiants de Strasbourg, 46 ans, et sa maîtresse, greffière au tribunal de grande instance, sont respectivement condamnés à dix et neuf ans de prison pour trafic d'héroïne, cocaïne, cannabis, Subutex et amphétamines et détournement de scellés entre 2003 et 2007.

12 mai 2006
Un policier de Vienne (Isère), qui volait depuis six mois pour sa propre consommation de la résine de cannabis saisie, est condamné à 18 mois d'emprisonnement dont 6 avec sursis. Agé de 35 ans, confondu par la surveillance vidéo, il avait dérobé durant 6 mois des petites quantités de résine de cannabis dans les saisies placées sous scellés. Les vols portent sur un total d'un kilo de résine de cannabis.

3 mars 1997
Le commissaire parisien Philippe Féval et un de ses collaborateurs à la brigade de répression du banditisme, sont condamnés à trois ans et demi d'emprisonnement pour complicité de trafic de stupéfiants. Ils sont accusés d'avoir aidé depuis 1992 un ami restaurateur parisien qui faisait l'objet d'une enquête d'un autre service de police.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.