L'agriculture, richesse et avenir de la Côte d'Ivoire

© Anne Elisabeth Philibert
© Anne Elisabeth Philibert

Parmi les pays africains présents au salon de l'agriculture cette année, le stand de la Côte d'Ivoire est l'un des plus imposants. Depuis 20 ans, chaque année, le pays vient présenter ses multiples productions. Un enjeu pour la côte d'ivoire dont l'économie repose essentiellement sur l'agriculture. 

Par Anne Elisabeth Philibert

A côté du Mali, du Cameroun, ou même du Maroc le stand de la Côte d'Ivoire est l'un des plus imposant, dans le hall 3 du salon de l'agriculture. Sur les présentoirs, une multitude de fruits colorés, différents types de piments, des aubergines, de la mangue très sucrée, de la papaye solo, et de l'avocat mais aussi du café et du cacao car le pays est le premier producteur et exportateur de cacao, et le troisième producteur mondial de café. La banane est également présente, mais ce n'est pas le produit le plus exposé cette année même si la côte d'Ivoire est l'un des 10 premiers exportateurs de bananes dans le monde (224 943 tonnes en 2012) et pour cause ! Son avenir est quelque peu menacé. Depuis quelques année, un champignon ravage les plantations d'Asie. Et en 2013, la maladie a fait un saut de puce en arrivant sur les terres africaines. 

 

Le secteur agricole représente 22 % du PIB de la Côte d'Ivoire, plus de 50 % des recettes d'exportation et les deux tiers des sources d'emploi et de revenu de la population, selon la Banque mondiale.


En Côte d'Ivoire, l'agriculture est par conséquent à la fois un patrimoine et l'avenir du pays. C'est le poids lourd de l'économie. Avec l’agro-industrie, le tiers de la population du pays peut vivre dignement. Grâce à l'agriculture, sous l'ère Houphoët-Boigny, le pays a continué à vivre pendant plus d'une décennie de grave crise politique. C'est grâce au développement de l'agriculture qu'Abidjan compte faire vivre sa population dont 50% vit sous le seuil de pauvreté. Pas étonnant que la présence de la Côte d'Ivoire au salon de l'agriculture soit un véritable enjeu. L'occasion pour les représentants de la chambre d'agriculture du pays de nouer des liens, d'établir des partenariats, de créer des échanges comme l'explique Madame Kouassiflor Lago, directrice du développement agricole de Côte d'Ivoire et des organisations professionnelles à la chambre nationale d'agriculture de la Cote d'Ivoire.
 
Interview de Mme Lago de la chambre d'agriculture


La diversification de la production : un enjeu pour la Côte d'Ivoire 


Cette année, la Côte d'Ivoire a choisi de miser sur la diversification de sa production. Premier producteur africain d'hévéa, cinquième producteur de palmier à huile il s’est récemment hissé au rang de deuxième producteur et premier exportateur mondial d’anacarde (autre nom de la noix de cajou). La diversification est donc déjà en route avec comme objectif, encourager la production villageoise et la transformation par des partenaires privés. Le pays veut améliorer son agriculture et permettre aux petits producteurs locaux de vivre en augmentant leurs revenus. C'est le message délivré par le groupe SIFCA, présent sur le salon. Par le biais de photos de vrais producteurs, le SIFCA (qui emploie 30 000 personnes en Côte d'Ivoire) veut donner la parole à tous ceux qui vivent directement ou indirectement de la filière huile de palme. 

 / © Anne Elisabeth Philibert
/ © Anne Elisabeth Philibert

A côté du palmier, le manioc et le coton sont présentés au salon. Sans oublier les escargots géants

Le début de transformation de coton

Dans le pays, on trouve du coton essentiellement dans le Nord, le centre. Depuis Mars 2013, la filière fait l'objet d'une vaste réforme par le gouvernement, avec toujours le même leitmotiv : mieux rémunérer le producteur. De cette production de coton, les dérivés sont multiples : la fibre, la graine de coton (utilisée pour le bétail), l'huile de coton que l'on peut consommer comme l'huile d'olive ou de noix, font l'objet d'une présentation. 

Les dérivés de la production du coton

L'Hévéa 

60 000 planteurs d'Hévéa sont recensés dans le pays. Cette plante permet la fabrication de balles en caoutchouc, fabriquées à base de plastique végétal et destinés aux constructeurs automobiles. Un des atouts majeurs de la Côte d'Ivoire en matière de bio-diversité. 

Le stand qui fait réagir le public est incontestablement celui des escargots géants !

Les escargots géants de la Côte d'Ivoire

Sur le même sujet

Procès des agresseurs des policiers à Viry Chatillon

Les + Lus