Marie-Pierre de La Gontrie réunit ses soutiens dans un restaurant parisien

Marie-Pierre de la Gontrie / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Marie-Pierre de la Gontrie / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Mercredi 4 mars, Marie-Pierre de La Gontrie a réuni ses soutiens dans un restaurant parisien. Elle brigue l'investiture du PS aux régionales en Ile-de-France face à Jean-Paul Huchon. Le parti décidera la semaine prochaine de la date du vote interne qui les départagera.

Par Daic Audouit

Jean-Paul Huchon face à Marie-Pierre de La Gontrie , pour l'investiture socialiste aux élections régionales en Ile-de-France. 

Combien de divisions de part et d'autre ?

Alors que Jean-Paul Huchon, président sortant de la région Ile-de-France a publié la semaine dernière une tribune signée par 80 élus franciliens, Marie-Pierre de La Gontrie a réuni une cinquantaine de ses soutiens dans un restaurant parisien près du Sénat mercredi soir. 

Une façon de montrer ses muscles ? "Rien à voir, c'est un diner de travail pour discuter collectivement de la région avec des élus et des responsables fédéraux" , répond Marie-Pierre de La Gontrie. "Ca a plus de valeur que de signer une lettre sur Internet. Ca montre un vrai engagement alors que beaucoup d'entre nous sont en pleine départementale. On sacrifie une soirée de campagne pour Marie-Pierre, c'est un signe fort", reconnaît néanmoins l'un des participants à ce dîner.

Parmi les invités présents, on comptait Anne Hidalgo, Bruno Julliard son premier adjoint, des maires d'arrondissement ou encore Myriam El Khomri, la secrétaire d'état à la politique de la ville. Tous élus parisiens. On sait que la fédération de Paris soutient massivement Marie-Pierre de La Gontrie qui est une élue du 13 ème arrondissement. 

C'est sa force mathématique mais aussi sa faiblesse géographique. Ce dîner était aussi l'occasion d'afficher les soutiens venus d'autres départements franciliens. Luc Carvounas, sénateur du Val-de-Marne, Emmanuel Maurel pour le Val-d'Oise ou encore Malek Boutih de l'Essonne parmi d'autres moins connus .

Des noms représentant toutes les mouvances du PS, puisqu'on y trouve aussi bien le frondeur Jean-Marc Germain que Jean-Marie Le Guen, soutien fidèle de la politique de Manuel Valls ou encore Juliette Méadel, porte-parole du parti.  

"Je leur ai dit comment je voyais les choses pour le projet et la stratégie électorale", confie Marie-Pierre de La Gontrie. 

Car en bureau national, le PS a acté l'idée que ni Marie-Pierre de la Gontrie ni Jean-Paul Huchon n'abandonneront en cours de route. Solférino s'est résigné à organiser un vote interne. Les fédéraux francileins devraient se réunir ce soir pour établir un calendrier. Le vote devrait avoir lieu après les départementales et avant le congrès de Poitiers.

"L'échange a porté principalement sur la région, la primaire n'est qu'une étape", déclare la vice-présidente de la région. 

Samedi, veille de la journée de la femme, elle participera à la dédicace d'un livre auquel elle a contribué : "Manuel de survie à l'usage des femmes en politique", par l'écologiste Sandrine Rousseau. 

En voici la présentation dans le communiqué adressé par Marie-Pierre de La Gontrie aux journalistes. "Cantonnées à des rôles d'animatrices dans les débats (elles font ça tellement bien), assignées à être de formidables n°2 (elles sont si sérieuses et si loyales), mais oubliées des tribunes et des responsabilités de premier plan", est-il écrit. 

Le message est limpide de la part de celle qui est la n°2 de Jean-Paul Huchon depuis 10 ans.

Ajout à 10h29.

Une campagne qui se tend entre les deux candidats. Dans un tweet, Marie-Pierre de La Gontrie se moque de la présence d'un collaborateur de Jean-Paul Huchon dans un même restaurant





A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus