Abaaoud et un complice projetaient de faire un attentat à La Défense "le 18 ou 19 novembre"

Le procureur de Paris, François Molins, a tenu une conférence de presse, mardi 24 novembre, pour faire le point sur l'enquête concernant les attentats de Paris. Il a annoncé qu'une instruction judiciaire avait été ouverte et confiée à six magistrats du pôle antiterroriste.

Onze jours après les attentats de Paris, le procureur de la République de Paris François Molins a fait le point sur les dernières avancées de l’enquête, mardi 24 novembre.

Un projet d'attentat à La Défense, des complicités étendues, Abdelhamid Abaaoud qui retourne au Bataclan après avoir semé la mort sur les terrasses de Paris: le procureur a révélé mardi un visage de plus en plus glaçant de la cellule qui a mené les attaques du 13 novembre.

Le rôle d'Abaaoud se fait plus précis

Figure des jihadistes francophones de l'Etat islamique, ce Belgo-Marocain de Molenbeek a probablement formé, avec Brahim Abdeslam et un troisième homme, le commando qui a mitraillé plusieurs terrasses de cafés. Tout en se coordonnant avec l'un des kamikazes du Stade de France, Bilal Hadfi: les deux hommes ont eu plusieurs contacts téléphoniques juste avant les attaques. Par ailleurs, un SMS est parti d'un téléphone utilisé par le commando du Bataclan: "On est parti, on commence". Abaaoud était-il le destinataire?

Après avoir vraisemblablement abandonné le véhicule utilisé par son commando à Montreuil, Abaaoud a pris le métro pour revenir jusqu'à proximité du Bataclan, alors que la BRI y intervenait encore, a révélé le procureur de la République de Paris, François Molins, en se basant sur la géolocalisation de son téléphone. Naviguant ensuite entre La Courneuve et Aubervilliers, il est recueilli par sa cousine, Hasna Aitboulahcen, quatre jours après les attaques pour se replier avec un complice dans l'appartement de Saint-Denis ciblé par le Raid au petit matin du 18 novembre. L'assaut fera trois morts: Abaaoud, son complice et sa cousine.

Conférence de presse du Procureur de Paris sur les attentats du vendredi 13

Quels projets d'attentat?

Pour François Molins, avant de mourir dans l'appartement de Saint-Denis, Abaaoud et son complice comptaient se faire exploser à La Défense, le 18 ou le 19 novembre.

Comment étaient composés les commandos?

Après une nuit à Bobigny, Hadfi et deux hommes non identifiés contrôlés en Grèce le 3 octobre dans le flot des migrants fuyant la Syrie, se sont fait exploser au Stade de France.

L'équipe des tueurs des terrasses a également logé à Bobigny. En faisaient partie Abdelhamid Abaaoud, Brahim Abdeslam, qui s'est fait exploser boulevard Voltaire et un troisième homme. Les analyses ADN peuvent laisser penser qu'il s'agit du kamikaze encore non identifié qui a déclenché son gilet explosif à Saint-Denis.

Les trois kamikazes du Bataclan ont passé la nuit à Alfortville (Val-de-Marne). Parmi eux deux Français, Omar Ismaïl Mostefaï et Samy Amimour, ainsi qu'un troisième non identifié.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité