• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Acquittés pour la seconde fois dans le procès de la riche veuve pendue de Neuilly

© PhotoPQR/LeParisien/MaxPPP
© PhotoPQR/LeParisien/MaxPPP

Les deux amis de la riche veuve retrouvée pendue en 2005 dans sa péniche de Neuilly ont été acquittés pour la seconde fois, lundi 19 octobre 2015, cette fois par les assises des Yvelines.

Par Christian Meyze

Franck Renard Payen, héritier de la veuve, et Olivier Eustache étaient poursuivis pour assassinat, soupçonnés d'avoir maquillé le crime de Dominique Aubry en suicide. L'avocat général avait réclamé 20 ans.

Ils avaient déjà bénéficié d'un acquittement en première instance, l'année dernière, à Nanterre.

La riche veuve, inconsolable depuis la mort soudaine de son mari, Jean, en janvier 2005, avait été retrouvée morte le 1er décembre de la même année par son ami Franck Renard Payen. Son corps était pendu à l'escalier en colimaçon, dans sa luxueuse péniche des bords de Seine, à Neuilly.
L'accusation s'était dite "absolument convaincue" qu'il s'agissait d'un assassinat, l'avocat général, qualifiant les deux suspects de "pas sympathiques", réclamait aux jurés populaires de prononcer une peine d'"au moins 20 ans".
Franck Renard Payen et Olivier Eustache avaient dîné sur le bateau la veille de la découverte du corps, en compagnie de Dominique Aubry.

Lors de ce second procès, les deux accusés ont à nouveau expliqué qu'ils avaient quitté la soirée vers 21H30, laissant la riche veuve déprimée et contrariée par le fait que ses deux amis ne partagent pas ses projets de futures vacances.
Triste et trouvant refuge dans l'alcool et les anxiolytiques depuis de nombreux mois, Dominique Aubry avait d'ailleurs déjà tenté de se suicider en juillet 2005.

Tout au long de ce second procès, comme pour le premier, d'expertises en expertises (38 au total) souvent contradictoires, jamais définitives, de suppositions fumeuses en accusations restées gratuites, jamais la partie civile ni l'accusation n'ontconvaincu les jurés qui ont logiquement prononcé une nouvelle fois l'acquittement. 

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus