Attentats, concurrence d'Airbnb... Les tarifs des hôtels en baisse à Paris

Les tarifs des hôtels ont baissé à Paris au premier semestre 2016, suite aux attentats qui ont ensanglanté la capitale, mais aussi en raison de la concurrence d'Airbnb, indique le portail allemand de réservation hôtelière HRS. Selon cette étude, New York est redevenu la ville la plus chère.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les attentats du 13 novembre 2015, la concurrence d'Airbnb... Les hôteliers parisiens ont dû revoir les prix de leurs nuitées à la baisse, lors du premier semestre de l'année 2016. Dans une étude, le portail allemand de réservation hôtelière HRS indique que la "tendance baissière est nette même si elle s'est atténuée entre le premier trimestre 2016 (124 euros la nuit, soit - 4,8 %) et le deuxième (142 euros, soit - 2,7 %)", à Paris intra muros

"Climat sécuritaire"

Pour la centrale allemande, il ne fait aucun doute que "le climat sécuritaire de la capitale" a pesé sur la fréquentation, de même que "le développement de modes d'hébergements alternatifs type Airbnb, particulièrement développé à Paris".

Conséquence évidente : les hôteliers parisiens ont révisé leurs tarifs à la baisse "afin de stimuler les réservations et augmenter leur taux d'occupation". Il en est de même des établissements bruxellois (- 0,8 %).

Pas d'effet JO à Rio

Inversement, les tarifs des hôtels ont augmenté dans l'est et le nord de l'Europe. Et New York est devenue la ville la plus chère en matière d'hébergement hôtelier. Autre enseignement tiré de cette étude du portail HRS : Rio de Janeiro n'aurait pas profité d'un effet JO. Les tarifs des hôtels y auraient baissé de 32,3 % au premier semestre, à 126 euros.