• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Attentats à Paris : ce qu'il s'est passé au Bataclan

En plein concert, quatre assaillants sont entrés dans la salle avec des armes automatiques en criant "Allah Akbar". Le bilan provisoire fait état de 82 morts

Par Cécilia Sanchez

Au Bataclan, boulevard Voltaire, le groupe de garage-rock Eagles of Death Metal avait commencé son concert depuis une trentaine de minutes, quand 4 hommes ont débarqué dans la salle, armés et à visage découvert. Ils ont commencé par tirer à l'aveugle et la foule s'est bousculé vers la scène. Puis ils ont tiré dans la masse des spectateurs, nombreux ce soir de concert à guichet fermé. Le bilan provisoire fait état de 82 morts. 

Julien Pearce, un journaliste d'Europe 1 se trouvait à l'intérieur du Bataclan, estime que "ça a duré une dizaine, une quinzaine de minutes. Ça a été extrêmement violent et il y a eu un vent de panique. Les assaillants ont eu tout le temps de recharger à au moins trois reprises. Ils n'étaient pas masqués, maîtres d'eux-mêmes. Ils étaient très jeunes."

Des survivants de l'attaque du Bataclan racontent avoir entendu des assaillants crier "Allah Akbar" et lier leur action à l'intervention de la France dans la guerre en Syrie. "Je les ai clairement entendus dire aux otages "c'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie", a rapporté à l'AFP Pierre Janaszak, animateur radio et TV.

"On entendait hurler, tout le monde essayait de fuir, les gens se piétinaient... C'était l'enfer", raconte d'autres témoins.

Attaque au Bataclan : la fuite des spectateurs filmée par un témoin

Certains ont réussi à s'enfuir par les issues de secours ou les loges, ils sont pris en charge par les secours qui affluent boulevard Voltaire.







Les forces de l'ordre ont rapidement encerclé le Bataclan avant de donner l'assaut. L'assaut a été lancé par la police peu avant 00h30 et s'est terminé vers 1h du matin.

Ils tuent un des assaillants et les trois autres se font exploser avec la ceinture d'explosifs qu'ils portaient. Un des policiers qui est intervenu hier soir explique que "c'était sale dedans, une boucherie, des gens avec des balles dans la tête, des gens qui se sont fait tirer dessus alors qu'ils étaient à terre" à l'AFP.

 

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus