Des élus alertent sur la fermeture de guichets dans des gares RER et Transilien

Publié le Mis à jour le
Écrit par Élie Saïkali avec AFP

Une nouveau projet du groupe SNCF Transilien prévoit la fermeture de nombreux guichets dans des gares du RER C et D mais aussi sur les lignes H, J, K, L, N, R et U du Transilien. Des élus de la Gauche Communiste Écologiste et Citoyen au Conseil régional d'Île-de-France s'en inquiètent.

75 guichets devraient fermer d'après les comptes des élus d'opposition. Selon eux, sur la ligne C par exemple, 24 gares verront une disparition totale de guichets, comme à Longjumeau, Chilly-Mazarin, Dourdan-la-Forêt, Chamarande ou encore Saint-Martin d'Etampes. Il y a aura moins d'agents dans 14 gares de la ligne, à Choisy-le-Roi, Athis-Mons, Savigny-sur-Orge, Orly ou Arpajon. 

"Contraire à l’amélioration du service public"

Les élus du Conseil régional s'élèvent contre le projet de la SNCF Transilien de créer une "nouvelle offre de services en gare". Cette réorganisation interne, actuellement en négociation entre la direction et les syndicats, prévoit la fermeture de nombreux guichets dans les gares des lignes de RER C et D et des Transilien H, J, K, L, N, R et U, soit totalement, soit à partir d'une certaine heure. SNCF Transilien évoque des négociations ligne par ligne pour "s'adapter" au cas par cas. Pour les élus, ces mesures sont "contraires à l'amélioration du service public". Ils dénoncent "une atteinte grave à l'emploi et aux conditions de travail des cheminots". Ces suppressions de services auront "des conséquences concrètes sur la sécurité des biens et des personnes au sein des gares d'Ile-de-France". 

Le voyageur, quand il arrive pour prendre son train, il ne peut qu’être rassuré quand il voit du personnel SNCF à ses côtés pour l’accompagner, le renseigner et être plus en sécurité. Ne serait-ce qu’en cas d’agression ou de chute.

Emmanuelle Bigot, déléguée SUD Rail

"L’humanisation des gares, c’est à dire la présence d’agents SNCF du premier au dernier train, date de la fin des années 1990. Petit à petit, tout cela est détricoté, jusqu’à aujourd’hui. Le voyageur est maintenant livré à lui-même", nous confie Emmanuelle Bigot, déléguée au sein du syndicat SUD-Rail. "Le voyageur, quand il arrive pour prendre son train, il ne peut qu’être rassuré quand il voit du personnel SNCF à ses côtés pour l’accompagner, le renseigner et être plus en sécurité. Ne serait-ce qu’en cas d’agression ou de chute", ajoute-t-elle, expliquant par ailleurs qu’il en va de "l’intérêt du service public ferroviaire". "On n’est pas dans une dynamique de progrès. Nous assistons à une destruction des services publics ferroviaires…dans une mégalopole de douze millions d’habitants. On est dans une déshumanisation des gares", estime la déléguée syndicale.

Des négociations en cours selon la direction de la SNCF

"Tout ça est en cours de négociation, on ne sait donc pas du tout encore combien de guichets vont fermer", nuance de son côté SNCF Transilien. Et alors que les élus franciliens d'opposition annoncent avoir recensé 500 potentielles suppressions d'emplois, SNCF Transilien répond qu'il s'agit "de suppressions de postes, mais pas d'emplois. Les agents qui tenaient un guichet seront redéployés sur d'autres missions", dans des équipes mobiles notamment qui se déplacent dans les gares en fonction des incidents et de l'affluence.

Les agents qui tenaient un guichet seront redéployés sur d'autres missions.

SNCF Transilien

La direction du réseau Transilien assure que la "nouvelle offre de services en gare" prévoit la fermeture de certains guichets mais aussi le renforcement des moyens d'informations en ligne, Twitter, site Internet et chatbot messenger sur lequel l'usager peut poser ses questions. Des centaines d'interphones et bornes d'appels d'urgence et d'information dans les gares seront également déployées. 

Hashtag #touchepasamagare

Dans un Tweet, le groupe Gauche communiste écologiste et citoyenne a dénoncé un "danger pour les cheminots et les usagers", et appelle à une mobilisation le 16 février à 9h devant le siège du Conseil régional d’Ile-de-France "contre la casse du service public SNCF !".

Un hashtag #touchepasamagare a d’ores et déjà été lancé sur les réseaux sociaux, et des opérations de tractage ont lieu.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité