• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Deux maisons de naissance expérimentales peuvent démarrer en Ile-de-France

© Didier Pallages/AFP Photos
© Didier Pallages/AFP Photos

Les deux premières "maisons de naissance", ces lieux médicaux tenus par des sages-femmes qui permettent d'accoucher sans hospitalisation, viennent d'obtenir le feu vert d'ouverture expérimentale. L'une à Paris, l'autre à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne.

Par Christian Meyze

L'expérimentation des maisons de naissance, issue d'une proposition de loi de l'UDI, a obtenu le feu vert du Parlement à la fin 2013. Il s'agit de structures
tenues par des sages-femmes et à proximité immédiate d'une maternité partenaire, qui assurent le suivi des grossesses et les accouchements. Seules sont admises dans ces maisons les grossesses sans pathologie particulière.

Les conditions légales pour l'expérimentation prévoient qu'une sage-femme doit être "en mesure de pouvoir intervenir à tout moment, tous les jours de l'année, dans un délai compatible avec l'impératif de sécurité". Par ailleurs "lors des accouchements", deux sages-femmes doivent être présentes dans les locaux, notamment en cas de "situation d'urgence" nécessitant le transfert de la mère et de l'enfant. Enfin, la maison de naissance est tenue d'organiser les dépistages obligatoires pour tous les nouveau-nés (mucoviscidose, hypothyroïdie...) et d'informer la mère sur le dépistage précoce de la surdité permanente néonatale.

Une première évaluation de l'expérimentation doit être réalisée par l'agence régionales de santé (ARS) au bout de deux ans de fonctionnement.

Ces maisons de naissance, qui existent déja dans de nombreux autres pays, seront neuf en France, dans la phase d'expérimentation, dont deux en Ile-de-France. Il s'agit de la société CALM-maison de naissance, à Paris ainsi que de l'association Premier Cri à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Sur le même sujet

maitrise

Les + Lus