Dimanche en politique : "Madame Hidalgo est aux mains des écologistes les plus sectaires"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Florent Carrière et Emmanuelle Hunzinger
Wallerand de Saint-Just est l'invité de Dimanche en politique.
Wallerand de Saint-Just est l'invité de Dimanche en politique. © JACQUES DEMARTHON / AFP

Wallerand de Saint-Just, président du groupe RN au Conseil Régional, est l’invité de l'émission Dimanche en politique ce dimanche sur France 3 Paris Île-de-France à 11h25.

Dimanche en politique balaie l'actualité politique régionale avec Wallerand de Saint-Just, président du groupe RN au Conseil régional. 

Le périphérique, un enjeu politique

C’est une bonne idée de la part de l’exécutif régional

Wallerand de Saint-Just

Le conseiller régional Wallerand de Saint-Just, et chef du groupe RN au Conseil régional, juge positivement la consultation électronique menée par la région sur le projet de transformation d’une voie de circulation du périphérique parisien.

En effet, la mairie de Paris souhaite d’ici à 2024, réserver une voie au covoiturage et aux bus. Un projet qui a suscité l’opposition de Valérie Pécresse qui souhaite reprendre la gestion de l’infrastructure aujourd’hui gérée par la mairie de Paris.

Wallerand de Saint-Just s’oppose à ce projet de transformation qui pourrait engendrer de nouvelles difficultés de circulation sur cet axe déjà saturé. "La réalité, c’est qu’il faut dénoncer la politique de madame Hidalgo. La réalité, c’est que madame Hidalgo est aux mains des écologistes les plus sectaires. La mobilité surtout dans une métropole comme la région parisienne, c’est la vie. Il faut pouvoir se déplacer."

Hausse des violences dans les lycées franciliens

il n’y a plus vraiment d’autorités disciplinaires parce qu’il ne faut pas faire de vague.

Wallerand de Saint-Just

Bagarres, altercations aux couteaux, tirs de mortiers, enseignantes agressées, ces dernières semaines, les lycées franciliens ont connu une flambée de violence. Wallerand de Saint-Just pointe du doigt la hiérarchie de l’éducation nationale.

Le conseiller régional RN incrimine également l’institution judiciaire qui selon lui est absente et trop faible depuis très longtemps. "Nous voudrions que la réponse pénale à travers les jugements prononcés soient beaucoup plus sévère." 

Les brigades régionales de sécurité

Cela entraîne l’Etat, qui est pourtant le responsable de l’Education Nationale et de ces questions de sécurité dans et aux abords des lycées, à encore plus démissionner en réalité

Wallerand de Saint-Just

La Région Île-de-France a mis en place des brigades régionales de sécurité pour intervenir dans les lycées. Composées initialement de 25 agents, la région a décidé d’en doubler les effectifs. Le conseiller régional estime que cette compétence est du ressort de l’Etat.

"Je comprends bien qu’on ne peut pas rester l’arme au pied à regarder les choses sans rien faire. Mais je préférais avec le poids politique de la région, qu’on essaie de persuader le gouvernement de prendre les choses en main."

La cour des comptes a pointé l’existence de ce dispositif lors de son rapport sur la gestion des lycées par la région Île-de-France étant donné que des équipes d’intervention existent déjà aux sein des académies.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.