• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Dimanche en politique

Dimanche à 11h25
Logo de l'émission Dimanche en politique

Le projet de loi ELAN marque-t-il un retour en arrière, dans Dimanche en politique

© Miguel Medina/AFP Photos
© Miguel Medina/AFP Photos

Privatisation du logement social, attaque en règle contre la loi SRU qui oblige les communes à disposer de 25% de logements sociaux, éviction des architectes, les opposants à la loi ELAN ne décolèrent pas, en plein débat sur ce projet de loi à l’assemblée nationale.

Par Christian Meyze

Au sommaire:


Si l’une des principales mesures, de la loi Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique  , dite loi ELAN, à savoir faciliter la conversion des bureaux en habitations, suscite plutôt un consensus, les dispositions concernant un allègement des normes dans le secteur du logement met en colère nombre d’élus et d’associations.

A commencer par les associations d’handicapés.
La loi Elan prévoit en effet de passer de 100% à 10% le nombre minimum de logements neufs équipés pour accueillir les personnes à mobilité réduite, le reste serait seulement soumis à une obligation de fournir des appartements évolutifs.

Le projet de loi porte également sur le logement social avec une volonté d’accroitre le nombre d’HLM racheté par leur locataire.  Le gouvernement souhaite également faire fusionner les bailleurs sociaux ; ils sont 861 dans le pays.
 
Quant aux architectes, ils dénoncent leur exclusion des projets HLM. Pour la profession, c’est revenir 40 ans en arrière en faisant du rapide pour pas cher.


3 invités

Pour aborder tous ces sujets qui fâchent, Florent Carrière recevra, sur le plateau de Dimanche en politique
  • Marie Lebec : députée LREM des Yvelines
  • Ian Brossat : adjoint (PCF) à la maire de Paris en charge du logement, de l'habitat durable et de l'hébergement d'urgence.
  • Christine Leconte : présidente de l’ordre des architectes d’Ile de France


Dimanche en politique, c'est dimanche 10 juin, à 11h 30

Paris : un rassemblement de 500 personnes en soutien aux “décrocheurs” de portraits d'Emmanuel Macron