paris
ile-de-france
Choisir une région

Enquêtes de région - Paris Île-de-France

Un mercredi par mois aux alentours de 23H
Logo de l'émission Enquêtes de région - Paris Île-de-France

Mercredi 14 octobre : les émeutes de Clichy-sous-Bois... Dix ans après

Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, faisait déjà partie du plan de rénovation urbaine de 2005. / © AFP/JOEL ROBINE
Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, faisait déjà partie du plan de rénovation urbaine de 2005. / © AFP/JOEL ROBINE

Le 27 Octobre 2005, deux adolescents de Clichy-sous-Bois, Zyed Benna et Bouna Traoré, meurent électrocutés dans un transformateur EDF, alors qu’ils fuient la police, appelée sur place pour un cambriolage sur un chantier. Le début de trois semaines d'émeutes dans les banlieues françaises.

Par Emmanuel Tixier

Parties de la ville de Clichy-sous-Bois, les émeutes gagnent les quartiers populaires de plusieurs banlieues françaises. Rapidement dépassé par les événements, le gouvernement décrète l’état d’urgence qui perdurera pendant trois semaines.

Le 17 novembre 2005, on compte 10.000 voitures brûlées, des établissements scolaires, des bus, ou des équipements publics vandalisés ou détruits par le feu.

Trouver sa place quand on est enfant d'immigré...​

Le profil-type des émeutiers, jeunes français issus de l’immigration, le confinement géographique de ces révoltes, dans les quartiers populaires de banlieue, et leur traitement médiatique, sont l’occasion d’une prise de conscience qu’il existe un problème profond, non seulement social et économique mais aussi racial, et qu’une minorité ne parvient pas à trouver sa place dans la société française.

Qu’est-ce qui a changé depuis ? Comment ces quartiers ont-ils évolué ? Quelles ont été les réponses à ces événements d’une ampleur rarement connue en Europe occidentale depuis Mai 68.

A travers trois portraits croisés d’habitants de Clichy-sous-Bois et Villepinte, qui nous raconteront leur vie, leur engagement, leurs difficultés, leur choix, le film montrera que 10 ans après, même si des choses ont été faites, il est toujours aussi difficile de trouver sa place quand on est jeune, enfant d’immigrés, et que l’on vit dans ces territoires.