Enquêtes de région - Paris Île-de-France

Un mercredi par mois à 23 heures 10 après le Soir 3.
Logo de l'émission Enquêtes de région - Paris Île-de-France

Mercredi 27 janvier : Demain, “tous ubérisés” ?

© IP3Press/MaxPPP
© IP3Press/MaxPPP

Partout dans le monde où elle s'installe, l'entreprise Uber déclenche manifestations et vagues de protestation. Pourtant, elle ne cesse gagner de nouveaux marchés. Mais ce qui inquiète surtout, c'est que Uber dynamite partout les systèmes de réglementation du travail et de l'activité économique.  

Par Christian Meyze

Revoir l'émission

Partout où Uber arrive, elle fait désormais l'effet d'un épouvantail, et déclenche très vite protestations et manifestations. Pourtant Uber ne cesse de gagner du terrain. Elle est présente dans 250 villes du monde, et sa progression est devenue inexorable. 

Uber annonce avoir transporté son milliardième passager le 24 décembre 2015. Et avec 6 468 Véhicules de Transport avec Chauffeur, (désormais baptisés VTC) pour 17 702 taxis, début 2012, Paris est devenue la première ville équipée hors Etats Unis. Et l'’interdiction en France, l’été dernier, de son application Uberpop n’a pas freiné pas sa progression.

L’entreprise prélève 20 % sur le montant de chaque course effectuée. Mais ce n'est pas vraiment cela qui effraie. En 2015 la marque mondiale est devenue un nom commun : on parle désormais d'ubérisation de l'économie, de la société. Car après les chauffeurs de taxis, menacés par les VTC, il n'est plus un secteur de l'économie qui ne soit pas menacé.
Du livreur, de pizzas ou de colis, au pilote d'avion que les compagnies aériennes low-cost appellent au cas par cas, au dernier moment, la transformation de salariés en "travailleurs indépendants" sans garanties ni protection sociale menace tout le monde désormais. Et le principe a très vite séduit de nombreux "employeurs", partout dans le monde.

« Tout le monde a peur de se faire ubériser » dit un patron français. Mais qu'est-ce-que cela veut dire "se faire ubériser"? Et quelles en sont les conséquences, pour les salariés devenus "travailleurs indépendants", pour l'entreprise qui n'a plus de salariés, pour les recettes de l'Etat évaporées, ou celles des organismes de protection sociale?

Demain, tous uberisés ?
Un reportage de Didier Morel & Laure Bignalet avec Olivier Launay, Mohamed Chekkoumy & Geneviève Fontenit

Mercredi 27 janvier, à 23h15, après le Soir 3

VOIR la bande annonce

A voir également dans Grand Paris Reportages
- Après les attentats de janvier et novembre 2015, retour dans les quartiers visés par les attaques (Aude Blacher)
- Un portrait de Tignous, l'une des 11 victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo (Aline Métais)