paris
ile-de-france
Choisir une région

Après Des Morts Entre les Mains, consacré au travail des employés des Services Funéraires de la Ville de Paris, La Chambre constitue le deuxième volet autour des travailleurs du funéraire et de la question de la gestion des morts en milieu urbain.

Par Magalie Cheveraux

En France, la gestion hospitalière de l'après-décès est très peu connue. Et pour cause, cette activité instaure une relation troublante avec les morts alors que ceux-ci sont encore physiquement présents dans le monde des vivants. Une activité si déconcertante qu’elle est totalement passée sous silence et qu’elle se déroule dans une quasi-totale invisibilité. Nous suivons quatre employés dans leur travail, en huis clos dans la chambre mortuaire de l'hôpital Bichat (AP-HP).

Christelle, Sophie, Djibril et Alexandre sont employés à la chambre mortuaire de l’Hôpital Bichat, à Paris. Toute la journée, dans ce lieu isolé des autres services, ils prennent soin des patients qui viennent de décéder. Toilettes, maquillage, habillages, mises en bière, constituent le quotidien de ces travailleurs. Leur tâche : rendre présentables les défunts. Effacer la pâleur, les marques d'opération, les traces de souffrance, donner une apparence apaisée aux visages... masquer donc les stigmates de la mort. Sous l'œil exigeant et bienveillant de Yannick, leur chef de service, ils sont les garants du « bien-être » de ceux qui ne sont plus.

Après Des Morts Entre les Mains, consacré au travail des employés des Services Funéraires de la Ville de Paris (SFVP), La Chambre constitue le deuxième volet autour des travailleurs du funéraire et de la question de la gestion des morts en milieu urbain.

Ce documentaire sera suivi à 00h05 de la rediffusion du premier volet, Des morts entre les mains.

Nous avions rencontré le réalisateur Camille Vidal-Naquet. Entretien.
 

"La chambre" Un film écrit et réalisé par Camille VIDAL-NAQUET
Produit par David BERDAH et Olivier NICKLAUS / SLOW PRODUCTION
Avec la participation de France 3 Paris Île-de-France, Centre National du Cinéma et de l’Image Animée
Avec le soutien de la PROCIREP - Société des producteurs et de l’ANGOA