Essonne : Des renforts policiers pour "éviter des répliques", les rixes entre bandes rivales se multiplient

Lors d’un déplacement à Dourdan en Essonne hier soir mardi 23 février, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l'arrivée de renforts policiers pour face aux rixes entre bandes qui se multiplient en Île-de-France.

Gérald Darmanin a annoncé l'envoi de renforts pour faire face à la multiplication des affrontements entre bandes rivales. (Archives)
Gérald Darmanin a annoncé l'envoi de renforts pour faire face à la multiplication des affrontements entre bandes rivales. (Archives) © PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

"C'est un phénomène très francilien, ces phénomènes de rixes se multiplient surtout en Île-de-France", a déclaré le ministre de l'Intérieur qui s'est rendu à Dourdan en Essonne hier soir.

70 bandes de jeunes en Île-de-France

Sur les 74 bandes d'adolescents ou jeunes adultes recensées aujourd'hui par le ministère de l'Intérieur, 70 sont situées en Île-de-France. "C'est dans cette région qu'existent 90% de ces combats entre jeunes adolescents", a indiqué le ministre. 

En 2016, neuf jeunes avaient trouvé la mort lors de rixes, selon le ministre de l'Intérieur.

Le ministre a par ailleurs souligné la difficulté d'anticiper ces rixes dans lesquelles, selon lui, "le mimétisme des réseaux sociaux" joue un rôle important, ainsi que les "messageries cryptées sur lesquelles la loi ne permet pas d'intervenir. Ajoutant : "Cela va de pair avec la déscolarisation, le manque d'autorité parentale, les nouvelles technologies."

Renforts policiers

Selon le ministère, 60 gendarmes devaient être envoyés à Saint-Chéron et 30 policiers à Boussy-Saint-Antoinedès hier soir. Ces renforts doivent permettre "que les choses puissent s'apaiser", a indiqué le ministre au cours de son déplacement. Il s'agit d'éviter "qu'il puisse y avoir des répliques", a-t-il déclaré.

Réunion des préfets en fin de semaine

Une réunion des préfets d'Île-de-France sera organisée en fin de semaine "pour essayer de travailler à une amélioration de ce qu'on peut faire sur des jeunes ou très jeunes", en lien avec le ministère de l'Education Nationale a-t-il également annoncé.

Enquête en cours

Le décès d'un adolescent mardi à Boussy-Saint-Antoine lors d'un affrontement opposant une trentaine de jeunes, selon la police, intervient moins de 24 heures après la mort d'une adolescente qui avait tenté de s'interposer lors d'une altercation entre une dizaine de jeunes à Saint-Chéron.

Mardi soir, sept gardes à vues étaient en cours après la mort du garçon, six mineurs étant de leur côté toujours entendus par la police dans l'affaire de Saint-Chéron.

           

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité