Essonne – Deux personnes interpellées après la diffusion d'une vidéo de viol présumé sur les réseaux sociaux

Les policiers ont été prévenus par les nombreux signalements d'internautes. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Les policiers ont été prévenus par les nombreux signalements d'internautes. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Les policiers ont été prévenus par les nombreux signalements d'internautes. Une vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux où l'on voit une jeune fille visiblement violée par deux jeunes hommes. L'agression se serait produite dans l'Essonne.

Par MT avec AFP

"Vous êtes nombreux à nous signaler la vidéo d'un acte sexuel qui semble se produire sous la contrainte et la menace", publie la Police nationale sur son compte Twitter dans la soirée du vendredi 20 décembre, appelant à ne pas la relayer.
Dans la journée, une vidéo (visionnée par Le Parisien et France Bleu Paris) est diffusée sur Snapchat et Twitter. Une scène "difficilement soutenable" rapporte la radio régionale qui explique que l'on peut entendre deux jeunes hommes menacer la jeune femme : "il y a une équipe qui arrive et la vie de ma mère, nous on est les plus gentils. Ceux qui vont arriver tu vas regretter (…)".

Ensuite, dans une autre séquence, le même média explique qu'il est "possible d’identifier un acte sexuel qui semble se produire sous la contrainte et la menace" et l'un des agresseurs présumé pose la question : "Elle habite à G2, à Grigny ?".
 

Deux personnes interpellées

"Grâce à vos nombreux signalements #Pharos, les policiers de l'Essonne ont rapidement interpellé les deux auteurs du viol présumé et de la vidéo diffusée en masse, hier, sur les réseaux sociaux", a publié ce samedi matin la Police nationale sur Twitter.
Rapidement, les deux protagonistes ont été identifiés par des internautes qui envoient leurs noms et mêmes leurs coordonnées à la police. Ils sont âgés de 16 ans. Au moins l'un d'eux serait originaire de la ville voisine de Morsang-sur-Orge (où s'est produite l'agression).

Des coordonnées également diffusées publiquement sur Twitter, accompagnées d'appels à la violence.

Un des deux mineurs s'est rendu lui-même au commissariat de Juvisy vendredi soir et a reconnu les faits. Dans la nuit de vendredi à samedi, son complice a été interpellé et également placé en garde à vue.
 

Sur le même sujet

Les + Lus