Contrainte de déménager dans l'Essonne pour céder sa place emblématique de la Courneuve-Dugny-Le Bourget aux J.O 2024 et d'augmenter ses tarifs, la Fête de l'Humanité s'ouvre ce vendredi. Militants et festivaliers seront-ils au rendez-vous ?

Fini le traditionnel rendez-vous en Seine-Saint-Denis à quelques kilomètres de Paris. La Fête de l'Humanité quitte la Courneuve-Dugny-Le Bourget laissant sa place aux JO-2024. Direction la Base 217 en Essonne.

Un baptême des lieux 


La Fête de l'Humanité s’installe durablement au cœur de l’Essonne, au Plessis-Pâté, près de Brétigny-sur-Orge, sur l’ancienne base d’essai 217 de l’avion Concorde et devrait accueillir ce rendez-vous festif et militant probablement pendant les dix années à venir. Un choix mûrement réfléchi par l'ensemble des organisateurs. "Nous avons démarché 16 sites et c'était le plus à même de nous accueillir : le plus grand, avec des voies d'accès susceptibles d'accueillir le plus grand nombre dans les meilleures conditions", explique Fabien Gay, le directeur de l'Humanité. Ajoutant : "Ce nouveau site, on l'a choisi, car il correspondait à nos attentes."

La fête est accessible en voiture, le parking est de 30 € pour les 3 jours, ou desservie par le RER C ou D. "Nous avons travaillé avec Île-de-France Mobilité et la SNCF pour renforcer le trafic sur ces lignes du RER C et D à partir de vendredi jusqu'à dimanche, et ensuite, il y a des navettes en gare pour être conduit au cœur de la fête", rassure l'organisateur. Pour les vaillants, il est possible de s'y rendre à pied de la gare en une bonne demi-heure. 

Christian, militant à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine, reconnaît que le site va essuyer les plâtres, comme toutes les grandes premières situations, mais il n'est pas du tout inquiet sur le succès de l'événement. "J'ai connu tous les changements de la Fête de l'Huma, alors c'est vrai que là, c'est une première fois dans ce nouveau lieu, mais il est superbe et bien plus spacieux qu'au Bourget. J'invite les gens à venir et rester sur place pour éviter d'avoir à faire des allers-retours. L'esprit de la fête, c'est la solidarité, l'échange, les rencontres intergénérationnelles, (...) et tant qu'il y aura ces ingrédients, la fête peut déménager n'importe où, elle restera la fête de l'Huma que tout le monde attend", assure-t-il.

"On n'aime pas trop parler finances à l'Huma"

Cette année, les tarifs ont augmenté. Le pass est au prix de 35 € acheté au collectif de soutien au journal L'Humanité ou auprès des militants PCF. Un tarif de 50 € s'applique si ces billets sont achetés sur les réseaux de vente de billetterie. "Le pass 3 jours n'aura connu qu'une augmentation de 5 €, ce qui n'est vraiment pas grand-chose face à cette crise économique qui touche tout le monde", explique Fabien Gay, le directeur de l'Humanité.

Cinq euros d'augmentation, cela reste raisonnable en tenant compte de la crise sanitaire, de l'inflation et du coût du déménagement qui nous impacte aussi

Fabien Gay, directeur de l'Humanité.

35 €, c'est le seul événement populaire qui accueille toute une création culturelle avec 49 artistes, des expositions, 250 auteurs du théâtre et du film, plus des débats politiques, donc le prix ce n'est même pas un quart du prix d'un concert au Stade de France ", rappelle le directeur. Un tarif plus qu'abordable pour 3 jours où la gratuité est de mise pour les enfants jusqu'à 11 ans et un pass Ado 12-16 ans à 5,25€.

Rappelons, que Fabien Gay, a lancé le 24 mai dernier, sa campagne de vente des bons de soutien au journal donnant un droit d’entrée à la fête à 35 € . La réussite de la Fête de l'Humanité et l’avenir du journal sont en jeu. Même si l'Humanité peut toujours compter sur ses soutiens et que le bilan est à l'équilibre depuis 2021, un certain nombre d’éléments extérieurs impactent l’état de ses finances : la faiblesse des recettes publicitaires, l’augmentation des coûts de fabrication, comme l’impression, le routage, l’énergie, mais aussi le prix du papier. Le déménagement a entraîné également des frais supplémentaires. Il a fallu aménager le terrain, mettre en place des navettes pour acheminer le public sur le nouveau site.

Une caisse de résonance pour les militants 

Des bons de soutien à 35 €, Christian en écoule. Ce militant n'arrête pas de répondre à son téléphone très affairé, en pleins préparatifs sur la Base 217 : "Dans mon quartier, je suis connu comme étant le militant de l'Huma. Mon journal, j'y tiens et je l'ai toujours dans ma boîte-aux-lettres et je ne rate aucune Fête de l'Huma. Moi, je vends des entrées pour sauver mon journal, pas pour mon parti. C'est ce que j'explique, on peut soutenir sans adhérer au parti. Avant de rajouter : "les jeunes sont très bien organisés. Je suis sur le site depuis samedi dernier pour les préparatifs et je n'arrête pas de vendre des tickets d'entrée. Il faut passer par nous, sinon on lâche plus de 50 balles pour acheter le pass sur Internet", prévient-il.

Quant à l'augmentation du prix du pass, la Fête de l'Huma subit la crise économique : "Il faut bien comprendre que la crise nous touche aussi. Entre le changement de site et les tarifs de livraison qui augmentent forcément pour nous apporter notre matériel, la facture ne peut que s'alourdir ", rappelle Christian.

Un événement sur 3 jours qui offre autant de concerts, de débats, d'échanges culturels et festifs à ce prix, il n'en existe pas d'autre

Christian, militant PCF de Gennevilliers

Âgé de 67 ans, Christian a participé à, pas moins de soixante fêtes de l'Huma. "J'avais à peine 6, 7 ans, et j'allais avec mes parents qui étaient communistes et connaissaient énormément de personnes. Pour moi, c'était un super moment où on faisait la fête et où on dansait ". En grandissant, il adhère logiquement au Parti communiste de Gennevilliers. "Un événement sur 3 jours qui offre autant de concerts, de débats, d'échanges culturels et festifs à ce prix, il n'en existe pas d'autres", précise le sexagénaire.

Tout en ajoutant que pour les sympathisants, ce rendez-vous est très important : "Ça booste les militants et c'est chouette de faire découvrir la Fête de l'Humanité. Durant ces trois jours, il y a de belles rencontres qui se font et c'est toujours très sympa de discuter et d'échanger surtout par les temps qui courent', confie Christian qui a déjà planté sa tente pour trois jours et qui invite tout le monde à le faire.

Un bel investissement sur l'avenir

La relève semble assurée. Pour Raphaël, 18 ans, ce sera sa première Fête de l'Huma. Il ne sera donc pas nostalgique de l'ancien site. Comme Christian, il a déjà planté sa tente et il est sur place depuis le début des préparatifs.

La Fête de l'Humanité est l'occasion de se revoir car il y a eu les grandes vacances et on a hâte de se retrouver pour échanger autour de débats politiques et différents enjeux, mais de s'amuser aussi.

Raphaël, 18 ans, étudiant à la Sorbonne et militant PCF Hauts-de-Seine

Habitant de Levallois, Raphaël vient de prendre sa carte au Parti communiste des Hauts-de-Seine. Pour lui, le tarif reste plus qu'accessible compte tenu de l'ampleur de l'événement. Il espère pouvoir écouter Dutronc père et fils, et rencontrer des auteurs, s'il peut s'éclipser de son stand et rejoindre des amis. Étudiant à la Sorbonne en Langues et littératures russes, c'est l'événement qu'il voulait découvrir pour débuter sa rentrée universitaire. Pour le jeune militant, ce rendez-vous est très formateur pour son engagement politique : "Toutes les semaines, on compte bien aller ensuite militer devant les lycées et les facs. Ça nous permet durant cette Fête de l'Humanité de rencontrer des jeunes qui potentiellement pourraient nous aider dans nos différentes actions à venir ", dit-il enthousiaste.

Christian est rassuré en écoutant le jeune homme. "Les gens sont heureux de venir et durant ces 3 jours, c'est à chaque fois très enrichissant et très festif. L'engagement est là et la solidarité aussi. Notre fête de l'Humanité va connaître un très beau succès, j'en suis sûr et j'invite les gens à rester sur place durant 3 jours pour éviter d'avoir à se déplacer et de payer des frais d'essence ou de transports supplémentaires", recommande le sexagénaire.

"La Fête de l'Huma ne s'essoufflera jamais, car elle repose sur la fraternité et à la solidarité", conclut Fabien Gay, le directeur de l'Humanité.

Entre 300 000 et 500 000 personnes sont attendues pour cette nouvelle édition.

Le programme de la Fête de l'Humanité qui se tient du 9 au 11 septembre est à retrouver sur ce lien.