Pour exprimer leur « malaise », des agriculteurs allument des « feux de la colère » en Île-de-France

Un « feu de la colère » à Witry-les-Reims, au nord de Reims, similaire aux actions menées en région parisienne. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Un « feu de la colère » à Witry-les-Reims, au nord de Reims, similaire aux actions menées en région parisienne. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

A l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs, des « feux de la colère » ont été allumés dans une demi-douzaine de lieux en région parisienne, dans le Val-d’Oise, les Yvelines et l’Essonne. Les manifestants veulent « faire ressentir le malaise ambiant » de la profession.

Par France 3 Paris IDF / AFP

« Feux de la colère » et « feux du désespoir ». Quelques dizaines d’agriculteurs ont mené lundi soir des actions « feux de la colère », incendiant des palettes et des bottes de paille. En Île-de-France, on comptait une demi-douzaine de lieux, dont deux dans le Val-d'Oise, trois dans les Yvelines et un dans l'Essonne d’après Amandine Muret-Beguin, secrétaire générale des Jeunes agriculteurs d'Île-de-France-Ouest.

« On a appelé ça les feux de la colère, mais aussi les feux du désespoir, pour faire ressentir le malaise ambiant qu'il y a dans la campagne, et cet acharnement qu'on peut subir au quotidien », explique cette céréalière. On comptait d’après elle une vingtaine d'adhérents sur chaque site, pour entretenir les flammes en pleine nuit.
Du côté de l’Essonne, une quarantaine de manifestants se sont rassemblés autour d’une dizaine de tracteurs à Etampes, selon le président de la FDSEA Île-de-France Damien Greffin.

Une action contre les « zones de non-traitement »

« Le monde agricole est stigmatisé au quotidien », regrette-t-il, expliquant par ailleurs que le projet de mise en place de zones de non-traitement (ZNT) censées protéger les populations contre les dangers potentiels des pesticides « a mis le feu aux poudres ».

« Ça a été la goutte d'eau, analyse aussi Amandine Muret-Beguin, aux abords de l'A13, dans le secteur de Mantes. On se fait déjà pas mal attaquer quotidiennement sur nos pratiques, alors que le gouvernement admet qu'on a l'agriculture la plus durable au monde, donc c'est un non-sens. »
L’agricultrice des Yvelines déplore « une méconnaissance du milieu agricole », et invite à « venir discuter dans les fermes, avec les agriculteurs ». La secrétaire générale des Jeunes agriculteurs d'Île-de-France-Ouest, qui indique que l’objectif à l’avenir n’est pas d’organiser des blocages, assure être prête à poursuivre les feux « toute la semaine » : « Après, s'il faut continuer, le désespoir est tellement présent qu'on continuera ».
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Des robots et des hommes : le nouveau centre Amazon à Brétigny

Les + Lus