Finale de la Coupe de France de football : la préfecture de police de Paris interdit le rassemblement syndical aux abords du Stade de France

La CGT 93 va contester l'arrêté et réaffirme son intention "d'aller à la rencontre des supporters et du public du Stade de France pour les inviter à exprimer de façon pacifique" leur opposition à la réforme des retraites.

C'est "une atteinte grave aux libertés publiques", a réagi ce vendredi 28 avril Kamel Brahmi, le secrétaire général de la CGT 93, qui dénonce une "décision bricolée".

"C'est scandaleux d'interdire des distributions de tracts", a pour sa part déclaré la secrétaire générale du syndicat, Sophie Binet, sur franceinfo, jugeant une telle mesure "inédite à [sa] connaissance" et symbolique de "la grande fébrilité du pouvoir".

"La préfecture diffuse de l'anxiété et dramatise"

La préfecture de police de Paris a interdit le rassemblement prévu par plusieurs syndicats de Seine-Saint-Denis aux abords du Stade de France, en amont de la finale de la Coupe de France de football samedi, à laquelle assistera Emmanuel Macron.

La CGT 93 va contester cet arrêté devant la justice administrative en déposant un référé-liberté : "Nous contestons tous les arguments de la préfecture", explique Kamel Brahmi, pour qui "la préfecture diffuse de l'anxiété et dramatise", notamment quand elle évoque un risque de mouvement de foule.

Un référé-liberté déposé par la CGT

Sophie Binet confirme ce recours en justice et "appelle tous les spectateurs du match à venir eux-mêmes avec leurs sifflets et des cartons rouges". En revanche, à ses yeux, la question d'une éventuelle coupure de courant ne se pose pas : "le Stade de France a un groupe électrogène".

Les syndicats ont prévu de distribuer en amont de la rencontre, aux abords des sorties du RER B et D et de la ligne 13 du métro, des cartons rouges et des sifflets, pour une action pendant le match. Selon Kamel Brahmi, "On ne va pas nous interdire de déambuler dans Paris (…) Nous irons à la rencontre des supporters et du public du Stade de France, dans d'autres points de région parisienne pour les inviter à exprimer de façon pacifique" leur opposition à la réforme des retraites. 

La FSU 93 a également réagi. Karim Bacha, le secrétaire départemental du syndicat, estime que "le gouvernement est dans un précipice liberticide assez inquiétant pour nos libertés". 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité