Les Franciliens sont peu attachés à leur région selon une étude

L'entrée du siège du Conseil régional d'Île-de-France à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). / © PHILIPPE LOPEZ / AFP
L'entrée du siège du Conseil régional d'Île-de-France à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). / © PHILIPPE LOPEZ / AFP

Moins d'un Francilien sur deux, 44% exactement, disent être attaché à leur région, l'autre partie affirmant la quitter en cas d'opportunité. C'est la région qui suscite le moins d'attachement par leurs habitants en France.

Par Marc Taubert

Quand on compare l'attachement des Franciliens et des Bretons à leur région, le fossé est abyssal. Ces derniers s'y disent en effet attachés à 77%, contre 44% pour les habitants d'Île-de-France (et 58% en moyenne nationale).

Ce chiffre est issu d'une enquête intitulée "La France en morceaux", menée par Elabe avec l'Institut Montaigne et révélée par franceinfo, mardi 19 février. Une étude qui a sondé, région par région, un échantillon de Français sur différents thèmes : du bonheur aux finances, en passant sur la satisfaction des infrastructures.
 

Les transports, un atout

Réponse très différente (et étonnante) des sondés comparées à celles d'autres régions : les Franciliens considèrent les transports comme atout principal de leur région, à 57%, soit 32% en plus que la moyenne nationale. Viennent ensuite les commerces (46%) et les équipements publics (44%) en tête des atouts.

L'étude affirme ainsi que "ce portrait d’une région nettement mieux équipée que les autres nourrit la perception d’une région attractive pour de nouveaux habitants (58%)".
 

Inquiétudes pour le logement

Comme pour les autres régions, le pouvoir d’achat reste le premier sujet de préoccupation. Mais le nombre de personnes qui "finissent leurs fins de mois sereinement" est plus élevé qu'ailleurs : 56%.

En revanche, 54% des habitants de la région ont, pour des raisons financières, retardé ou renoncé à des soins médicaux lors de l'année passée.

Le logement figure aussi comme étant une "source de tension" puisque "ce sujet [est] nettement plus cité en Île-de-France qu’ailleurs parmi les sujets de préoccupation (15%)".

D'ailleurs, 23% des sondés disent avoir eu des difficultés régulières à payer leur loyer ou leur emprunt immobilier l'année passée.

Découvrez l'étude complète ici.
 

Les détails de l'enquête :

Parmi les 10.010 personnes qui ont répondu à l’enquête du Baromètre des Territoires, 1.202 sont des Franciliens, précise l'étude. Ils composent un échantillon représentatif de la population d’Ile-de-France constitué à partir de quotas sur les variables de genre, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et de taille d’agglomération.

Sur le même sujet

Les + Lus