Gay Games : les différents ne sont pas toujours ceux qu'on croit !

© France Montagne
© France Montagne

Oliver est professeur de boxe au Paname Boxing club, inscrit à Paris 2018, ses premiers Gay Games. C'est pour lui une découverte. "La différence est un curseur que l'on place et déplace aux gré des situations et des cultures".

Par France Montagne

Olivier Bernada est professeur d'arts martiaux et de boxe française. Aujourd'hui, il dispense son savoir au Paname Boxing club, une association parisienne de boxe française ouverte à tous : gays, lesbiennes, hétéros, bi, trans, débutants ou confirmés, sans que leur orientation sexuelle représente même un sujet. Il y a cinq ans, les dirigeants de ce club sont venus lui proposer d'entraîner ses membres. Aie! Un problème existentiel se pose alors à Olivier. 
 

Dois-je leur avouer que je suis différent ? Vont-ils m'accepter dans leur groupe ?


En fait, Olivier est l'antithèse de se qui se passe dans le sport. En général, ce sont les sportifs homosexuels qui n'osent pas afficher leur orientation sexuelle.
 

Avouer mon hétérosexualité m'a posé un vrai problème. En fait mon problème, c'était ma différence.

 

la différence est un curseur que l'on place et déplace aux gré des situations et des cultures.

 


Ce qui pousse Olivier à se positionner : sa curiosité. Il faut croire qu'il fait bien !
 

Je suis la preuve vivante que ça se passe très bien en fait, d'être différent des autres.


Et quand on lui demande ce qu'il y a de différent à entraîner le Paname boxing club, il répond un sourire un coin et l'oeil qui frétille : " c'est beaucoup plus festif "


Aujourd'hui pour rien au monde, il reviendrait sur sa décision. Il est même allé jusqu'à s'inscrire aux Gay Games.

"Certes, je voulais suivre mes élèves. Voir ce qu'ils donnaient aux épreuves de boxe. Ça fait 5 ans que je les entraîne pour ces jeux. Mais il y a aussi une curiosité personnelle de voir un monde que je ne connais qu'à travers eux. Voir aussi, ce qui peut être différent d'un événementiel sportif LGBT ou hétéro. Histoire de me faire ma propre idée".
 




 

Les compétitions proposées pendant la semaine des Gay Games Paris 2018 

-  Une compétition de Savate – Kick-boxing multi-style sous forme d’assaut. Ce règlement de savate kick-boxing multi-style est une version adaptée pour Paris 2018 des règles de la Savate (Boxe Française) et du Kick-Boxing Light Contact. Il doit permettre à des compétitrices ou des compétiteurs pratiquant divers styles de boxe pied poing (savate, kick-boxing, muay thai, etc.) de participer à cette compétition. Ces règles suivent également les objectifs de l’Association Internationale Gay et Lesbienne des Arts Martiaux (IAGLMA), ceux d’un sport ouvert à toutes et à tous, sans risque et fondé sur le fair-play.

-  Une compétition de boxe anglaise (assaut) : Les règles sont là aussi légèrement modifiées pour assurer la sécurité des assauts

-  Les Rocky Games, une série de 6 épreuves ludiques et sportives à réaliser en binôme (tiré au sort)

Boxe française : un peu de vocabulaire

PIEDS ET POINGS
La boxe française, ou savate, est une boxe qui utilise les coups de poings gantés et les coups de pieds chaussés, mais pas les coups de coude, ni les coups de genoux.
C’est un sport complet, qui sollicite les bras, les jambes, les abdominaux, le dos, et qui renforce le système cardio-vasculaire.
 
COMBATS ET ASSAUTS
La boxe française peut se pratiquer en combat, ou en assaut. Dans ce dernier cas, c’est la précision des coups, et la qualité des enchaînements qui priment sur la puissance du sportif.
Tout en restant un sport de combat, la boxe français pratiquée en assaut permet des échanges stimulants entre partenaires, même s’ils ont des profils différents.

Sur le même sujet

l’exposition “Regards autour du Petit Noisy” vous invite à faire connaissance des habitants de la Cité des Cinéastes.

Les + Lus