Abandons d'animaux : un nouveau refuge SPA va ouvrir à Gennevilliers

Chaque été, les abandons d'animaux augmentent. Pour faire face, la Societé Protectrice des Animaux prévoit l'ouverture d'un nouveau refuge à Gennevilliers en 2024. Un centre plus moderne dans la ville qui a accueilli le premier refuge de la SPA.

Chaque été la problématique de l'abandon des animaux de compagnie revient dans le débat public. Ce lundi, le ministre des Transports Clément Beaune était en visite dans un refuge de la Fondation Brigitte Bardot à Bazoches dans les Yvelines.

Son objectif : sensibiliser sur la question de l'abandon. Le ministre a rappelé que 60 000 animaux étaient abandonnés en France chaque année durant l'été. "Un animal n'est pas un jouet, l'adopter c'est une responsabilité", a-t-il souligné. Un constat que partage le président de la SPA Jacques-Charles Fombonne. "Lorsqu'on adopte un animal, on doit être sûr de pouvoir l'accueillir dans les meilleures conditions possibles", explique-t-il.

Concernant les abandons, les chiffres sont parlants même si l'on note une baisse de 11 % par rapport à l'année dernière. Entre le 1er mai et le 31 juillet 2023, la SPA en a décompté 2 461. Les adoptions sont aussi en baisse avec 1 682 chiens ou chats ayant trouvé une nouvelle maison. Les refuges SPA d’Île-de-France restent donc saturés. Les fourrières de la région qui sont gérées par les mairies, également.

Pour remédier à ce problème, la SPA prévoit l'ouverture d'un nouveau centre d'accueil à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine. Celui-ci devrait voir le jour en 2024 alors que la Societé de Protection des animaux le demande depuis 17 ans.

Un nouveau centre plus moderne

Une longue attente pour Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA depuis juillet 2018. "Les changements de gouvernance au sein de la SPA illustrent la difficulté de maintenir le cap. Il faut du temps pour mettre un projet comme celui-ci sur pied. Les travaux ont parfois stagné durant plusieurs années." Ajoutant : "Il a fallu trouver le bon endroit pour construire le refuge."

Grâce à ce nouveau centre, il espère "moderniser les installations présentes à Gennevilliers pour accueillir les animaux dans les meilleures conditions". "Les locaux de Gennevilliers sont maintenant vétustes, et de moins en moins adaptés à une grosse capacité d'accueil comme celle qui est nécessaire en région parisienne. C'est le centre qui accueille le plus d'animaux en France parmi nos refuges. Il est donc important d'avoir un centre neuf et mieux équipé".

Il se félicite également que le refuge reste dans la ville. "Le centre de Gennevilliers est le premier qu'a ouvert la SPA en France en 1903, c'est très important que notre patrimoine perdure. C'est aussi le centre SPA qui réalise le plus d'adoptions en France. 3500 par an. Enfin, des six situés en Île-de-France, c'est le seul qui se trouve en petite couronne, alors que la région parisienne est celle qui a le plus besoin d'un centre qui puisse accueillir un large volume d'animaux", note l'ancien général de gendarmerie.

Par ailleurs, il souhaite "sensibiliser davantage la population à l'importance de la cause animale et contribuer à l'éducation à la responsabilité".

"Un projet important pour le bien-être animal"

Pour la municipalité de Gennevilliers, ce projet est "important pour le bien-être animal" selon l'adjointe au maire en charge des travaux publics et du patrimoine,Isabelle Massard. La mairie participe aux travaux à hauteur de 1,3 million d'euros soit 16% du coût total du projet. "Ce nouveau centre permettra d'accueillir chiens, chats et autres nouveaux animaux de compagnie dans de meilleures conditions que dans le centre actuel", explique l'adjointe.

En cette période estivale d'autres associations s'engagent également pour lutter contre les abandons. La Fondation 30 millions d'amis propose notamment une aide d'1,4 millions d'euros à 216 refuges en France.

Une manière de les aider à s'occuper de "ces laissés-pour-compte avant de leur trouver un foyer d'adoption", explique sa présidente Reha Hutin dans un communiqué publié le 1er août dernier.

En France, l'abandon d'un animal de compagnie est un délit passible de 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende. 

 

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité