Cinéma: les salariés d'Eclair Group, en redressement judiciaire, manifestent

Quelque 200 salariés et intermittents d'Eclair Group, entreprise historique de l'industrie du cinéma en redressement judiciaire depuis le 18 juin, étaient réunis mardi devant le siège social de Vanves (Hauts-de-Seine) pour défendre leurs emplois.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Ce que l'on veut, c'est sauver nos emplois et nos savoir-faire", a expliqué Vincent Musselaya, secrétaire adjoint du comité d'entreprise, affirmant que sans Eclair Group, c'est "tout un secteur qui disparaît". "Il y a plus de cent ans que les laboratoires existent", "Ils font partie du patrimoine français du cinéma", ont rappelé les salariés, morceaux de pellicule sur la poitrine et affichettes indiquant "non au clap de fin" épinglées aux vêtements.

Tous ont insisté sur un "savoir-faire qui ne doit pas disparaitre". "On est capable de traiter un film, en photochimie ou en numérique, de A à Z en son et en image", a précisé leur représentant.

La société s'organise autour de quatre pôles d'activité: la post-production, la distribution, l'adaptation et la restauration


Les salariés ont dénoncé "la mauvaise gestion qui menace aujourd'hui (leurs) emplois", notamment des audits à répétition les deux dernières années, alors que l'entreprise rencontrait des difficultés économiques, "qui ont coûté des millions sans qu'aucun changement soit fait" selon M. Musselaya.

Celui-ci a accusé aussi les précédentes directions d'avoir "caché l'ampleur des dettes", 25 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 37,6 millions d'euros aujourd'hui. 

Claude Lelouch, président d'honneur de la société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs (l'ARP), est venu apporter son soutien à l'entreprise. "On ne peut pas laisser dépérir cette société qui a fait tous les plus beaux films du cinéma français", a-t-il déclaré à l'AFP.

Patrice Dupond, PDG d'Eclair Group depuis le 27 mai, a indiqué avoir reçu "une dizaine de marques d'intérêt de sociétés du secteur" et attendre des propositions "d'ici mi-juillet". Il souhaite que la procédure soit "très rapide" pour "conserver les clients" et que la société soit vendue "en un seul bloc et en préservant un maximum de personnel".

Eclair Group emploie 280 personnes, principalement dans deux sites à Vanves et à Epinay-sur-Seine, en région parisienne. Son activité génère également de nombreux emplois indirects: quelque 400 intermittents dans les mois fastes, selon les représentants du personnel.

Les films "Eclair Group" au dernier Festival de Cannes


Voici les films sur lesquels les équipes d’Eclair Group ont travaillé, selon chacune des sélections et sections.

Dans la Sélection officielle- La Tête haute, d’Emmanuelle Bercot, prix d'interprétation féminine (pour Mon Roi, de Maïwenn).
Un Certain Regard - Masaan, de Neeraj Ghaywan, photographié par Avinash Arun Dhaware, Macassar Production, postproduction image et son, Red Epic, étalonnage Marine Lepoutre
Séance de minuit- Oka, de Souleymane Cissé, photographié par Fabien Lamotte, Cissé Films, postproduction image et son, multi caméras DV et HD, étalonnage Mathilde Delacroix
Semaine de la critique Séance spéciale - Les Deux amis, de Louis Garrel, photographié par Claire Mathon, AFC ) Les Films des Tournelles, postproduction image et son, 35 mm 3 perfos et RED Dragon, étalonnage Marine Lepoutre.