"Cold cases" : un septuagénaire poursuivi pour des crimes datant des années 90

L’homme - qui se trouve déjà en détention provisoire - a été mis en examen au pôle des crimes non élucidés de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour un meurtre accompagné d'un viol à Paris en 1991, et une tentative de viol en Seine-et-Marne en 1999.

L’annonce survient plus de trente ans après les faits : un retraité d'environ 70 ans a été mis en examen pour des crimes datant des années 90. D’après une source proche du dossier, il s'agit d'un homme qui se trouve déjà en détention provisoire pour une autre affaire : il est soupçonné d'avoir drogué sa femme pendant une décennie, dans le Vaucluse, afin qu'elle se fasse violer par plus d'une quarantaine d'hommes. L’homme avait été interpellé en septembre 2020 dans un magasin à Carpentras en train de filmer sous les jupes de clientes.

Le suspect est "actuellement détenu dans le cadre d'une information judiciaire distincte ouverte à Avignon", a indiqué vendredi le parquet de Nanterre. Il a été "extrait, placé en garde à vue et entendu sur commission rogatoire du magistrat instructeur les 12 et 13 octobre 2022". Le lendemain, il a été "mis en examen pour un meurtre, précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime, commis le 4 décembre 1991 à Paris et pour une tentative de viol avec arme commise le 11 mai 1999 à Villeparisis", en Seine-et-Marne, puis il a été placé en détention provisoire.

Il s’agit des premières poursuites engagées par le pôle "cold cases", dédié aux crimes sériels ou non élucidés, depuis sa création en mars 2022 au tribunal de Nanterre. Une juge d'instruction du pôle a été saisie de ces deux crimes en septembre.

Ces deux affaires avaient fait initialement l'objet d'un non-lieu, respectivement en 2005 et en 2001. Mais "compte-tenu notamment du mode opératoire des agressions et du contexte des faits, tous deux commis dans le cadre d'une visite d'appartement, les deux victimes étant toutes deux agents immobiliers", les dossiers ont été rapprochés.

Confondu par son ADN

Le suspect nie le viol et le meurtre de 1991 mais reconnaît la tentative de viol de 1999. Pour ce qui est de la première affaire, les accusations sont "basées uniquement sur des rapprochements", dénonce l'avocate du suspect, Me Béatrice Zavarro. "La position de mon client est une dénégation absolue et pérenne. Il est tombé des nues. Nous allons nous battre comme nous le pouvons", a-t-elle affirmé.

Quant à la tentative de viol, le mis en examen a été confondu par son ADN, retrouvé sur les lieux. "La discussion va se porter sur les circonstances, on parle de viol avec arme, mon client dit qu'il n'y avait pas d'arme", a indiqué son avocate.

A noter qu’à Avignon, l'instruction sur les viols subis par sa femme est toujours en cours. Suite à son arrestation, les enquêteurs avaient notamment découvert sur l'ordinateur du suspect, saisi à son domicile, des vidéos montrant son épouse inconsciente violée par des hommes. 

Le pôle "cold cases" de Nanterre traite des affaires présentant une complexité particulière (des crimes sériels, ou dont les auteurs n’ont pas encore identifiés 18 mois après les faits) mais aussi les affaires qui présentent des enjeux internationaux ou qui demandent un haut niveau d'expertise. Mi-décembre, 59 enquêtes y avaient été ouvertes, parmi lesquelles les enquêtes visant Michel Fourniret et Monique Olivier ou la disparition de Marion Wagon.

Avec AFP.