Coronavirus - A Sceaux, un arrêté pour obliger les habitants à porter un "dispositif de protection nasale et buccale"

Le maire de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, a pris un arrêté pour obliger les personnes de plus de 10 ans à porter "un dispositif de protection nasale et buccale" lors de déplacements dans l'espace public à partir de ce mercredi 8 avril.
Toute personne âgée de plus de 10 ans sera obligée de porter un masque dans l'espace public à Sceaux, dans les Hauts-de-Seine. (Illustration)
Toute personne âgée de plus de 10 ans sera obligée de porter un masque dans l'espace public à Sceaux, dans les Hauts-de-Seine. (Illustration) © BERTRAND GUAY / AFP
A partir de mercredi, plus question de sortir sans son masque à Sceaux dans les Hauts-de-Seine. Le maire (UDI), Philippe Laurent, a pris un arrêté ce lundi "conditionnant les déplacements dans l’espace public des personnes de plus de 10 ans au port d’un dispositif de protection nasale et buccale" pour mieux lutter contre la propagation du coronavirus.

Dans une vidéo publiée le même jour, il affirme être "lassé de l'attentisme dans lequel nous sommes dans notre pays concernant la protection individuelle de chacun et chacune d'entre nous lorsque nous sommes amenés à sortir".

Une mesure inédite à ce stade d'expansion de la pandémie en France mais qui pourrait être prise par d'autres municipalités. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a indiqué se préparer à prendre un tel arrêté.  

Assez de masques pour tout le monde ?

L'élu des Hauts-de-Seine affirme prendre "une mesure difficile", conscient qu'elle pose un problème de liberté individuelle : "une mesure que peut-être certains jugeront autoritaires. C'est une mesure, qu'en mon âme et conscience, j'estime nécessaire dans les conditions que nous vivons et pour sortir le plus vite possible de cette période si particulière et difficile pour beaucoup d'entre nous", ajoute-t-il.

Mais surtout, cette question pose le problème du nombre de masques accessibles à tout un chacun. Philippe Laurent affirme ainsi avoir "réceptionné plusieurs milliers de masques fournis par la région Île-de-France". Mais ils seront distribués exclusivement aux personnes les plus exposées, aux personnels soignants.

Les autres seront contraints d'avoir leur propre dispositif qu'ils auront achetés ou confectionnés eux-mêmes. En cas de non-respect de cette mesure, une amende de 38 euros pourra être dressée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société