Covid-19 en Ehpad : le Parquet de Nanterre ouvre une information judiciaire contre X

Ce 19 novembre, le parquet de Nanterre a ouvert une information judiciaire contre X "pour homicide involontaire par manquement délibéré d'une obligation particulière de prudence et de non-assistance à personne en danger" après le décès d'une femme en Ehpad en avril dernier.
 

© Olivia Mokiejewsk
Nous l'avions rencontré fin avril, deux semaines après le décès de sa grand-mère. Olivia Mokiejewski, petite-fille de Hermine, n'avait pas caché son émotion et son incompréhension. Depuis le début du confinement, elle affirmait n'avoir eu de cesse d'alerter la direction de l'Ehpad Bel Air de Clamart (Hauts-de-Seine), dans lequel résidait sa grand-mère, de multiples manquements. Des alertes et des mails répétés, non pris à leur juste mesure par la structure, d'après la jeune femme.

Selon elle se sont ces manquements qui ont conduit sa grand-mère à être contaminée par la Covid-19 et d'en décéder. Olivia Mokiejewski, avait alors porté plainte notamment pour non-assistance à personnes en danger et homicide involontaire. Ce jeudi 19 novembre, le parquet de Nanterre a décidé d'ouvrir une information judiciaire contre X "pour homicide involontaire par manquement délibéré d'une obligation particulière de prudence et de non-assistance à personne en danger".

D'après le ministère publique il subsiste suffisamment d'éléments pour permettre au juge d'instruction d'entamer une enquête afin de déterminer les circonstances ayant entrainé la mort de la femme de 96 ans. 

Plusieurs alertes

Depuis sept mois, Olivia Mokiejewski n'a de cesse de raconter son histoire. Au printemps dernier, avec l'entrée en vigueur du confinement, la maison de retraite propose aux résidents d'avoir des contacts réguliers par Skype avec leurs proches, afin de les faire sentir moins seuls. Tous les jours petite-fille et grand-mère échangent quelques minutes. Cinq minutes de discussions, qui permettaient à Olivia Mokiejewski d'entrevoir la réalité qui se dénouait à l'intérieur de la structure. Chaque appel révélait, selon elle, des détails pour le moins inquiétants : absence de masques pour le personnel, un animateur qui un jour postillonne à côté d'Hermine, non respect des gestes barrières, ni des mesures d'hygiènes les plus élémentaires. 

Dans l'Ehpad, qui appartient au groupe Korian, plusieurs membres du personnel ont été infectés, tout comme des résidents. D'après Olivia Mokiejewski, la direction a dissimulé l'état de santé de sa grand-mère et avait même minimisé la gravité de sa condition. Après le décès d'Hermine, elle avait fini par déposer une plainte pénale afin de déterminer les responsabilités précises. 

La jeune femme a monté le collectif 9471, en référence au nombre de morts recensés dans les maisons de retraite le 5 mai 2020, jour de la création de l’association. Elle réunit une centaine de familles victimes. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société personnes âgées famille