• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Hauts-de-Seine : les professeurs d’un lycée d’Asnières en grève dès le jour de la rentrée

Le lycée Auguste Renoir, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). / © Google Street View
Le lycée Auguste Renoir, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). / © Google Street View

Le jour même de la rentrée, les enseignants du lycée Auguste Renoir à Asnières-sur-Seine ont décidé de faire grève. Ils dénoncent un manque de moyens dans leur établissement, et s’inquiètent de la future réforme du bac.

Par France 3 Paris IDF

C’est la rentrée pour tous les lycéens, ou presque, ce lundi matin. A Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, les professeurs et le personnel du lycée Auguste Renoir ont déjà décidé de se mettre en grève.

Comme expliqué sur Twitter sur le compte d’un collectif d’enseignants de l’établissement, réunis en assemblée générale vendredi dernier, ils veulent alerter sur le manque de moyens administratifs et pédagogiques. Et ce, alors que le lycée fait selon eux face à une situation de sureffectif, avec près de 1 100 élèves.
Les professeurs demandent ainsi plus de moyens horaires et plus de personnels du côté (entre autres) de l’intendance ou du secrétariat des élèves. Ils réclament notamment la création d’un second poste de proviseur-adjoint.

Des élèves en sureffectif et une attractivité en danger

Les enseignants disent aussi s’inquiéter de la réforme du lycée à venir, notamment « l’abandon de l’une des spécialités en fin de Première » qui risque selon eux de fragiliser les enseignements artistiques, essentiels d’après eux à l’identité de leur lycée et donc à son attractivité. Ils évoquent aussi « l’affaiblissement des options facultatives au baccalauréat », un danger selon eux vis-à-vis de « l’offre de langues vivantes et anciennes ».
Le communiqué précise par ailleurs que l’ensemble des professeurs principaux ont démissionné de leur poste pour protester. En grève dès ce lundi, les enseignants se rassembleront également devant leur établissement mardi et se réuniront en assemblée générale dès mercredi pour décider, oui ou non, de la poursuite du mouvement.
 

Sur le même sujet

Ces élèves de terminale qui ne peuvent pas redoubler dans leur lycée

Les + Lus